Assurance maladie : un rapport propose 15 milliards d’économies sur cinq ans.
Brève

Assurance maladie : un rapport propose 15 milliards d’économies sur cinq ans.

19.07.2012

Après la cnamts qui a fait ses propositions d’économies cette semaine, les Inspections générales des Finances (IGF) et des Affaires sociales (IGAS) ont présenté jeudi leurs pistes pour limiter la hausse des dépenses d'assurance maladie sur 2013-2017. Qui l’eut cru ? Ces hauts fonctionnaires proposent eux aussi, comme la Sécu «une maîtrise accrue des prescriptions» ou des baisses de prix des médicaments. Mais ils vont un peu plus loin que la cnamts, évoquant deux scénarios: «une progression limitée» de l'Ondam à 2,5%, ou les 2,7% promis par le gouvernement. Pour l’IGF et l’IGAS, cela supposera de réaliser «un effort d'économies de 2,8 milliards par an» dans le premier cas et de 2 milliards dans le second, qui est aussi celui retenu par le rapprt de la Cnamts. Au total, entre 10 et 15 milliards d’économies cumulées sera réalisable sur cinq ans au cours du quinquennat, selon l’IGF et l’IGAS

Les deux inspections générales prônent notamment «la mise en place de nouveaux outils comme des objectifs (...) de prescription pour chaque médecin», qui permettraient de réaliser près de 1,5 milliard d'euros d'économies sur la période 2012-2017. Chaque médecin ou chaque cabinet se voyant assigner des objectifs annuels de prescription, à titre indicatif au départ, plus contraignants par la suite, tenant compte de la taille et de la structure de la patientèle. A la différence du P4P actuel, ces contrats comporteraient d’ailleurs des sanctions en cas de dépassement.

Plus original sans doute, mais moins évident à réaliser, les deux Inspections préconisent «une meilleure articulation des professionnels de santé autour du parcours de soins du patient» entre médecins de ville, hôpital et secteur médico-social. D’une manière générale, leur rapport insiste sur la nécessité de rationaliser les parcours de soins des patients, notamment chroniques.

Plus classiquement, Igas et Igf évoquent «des économies importantes» sur les actes de radiologie et biologie et «sur la marge des pharmaciens d'officine». Les deux Inspections générales s’accordent aussi avec la cnamts sur la nécessité de «baisses de prix sur les produits de santé, sur les médicaments princeps, mais surtout sur les génériques». Et -même si elles ne tranchent pas sur la façon de la mener- elles laissent entendre que la réflexion sur la redéfinition du panier de soins est désormais une ardente nécessité.

Enfin, comme la cnamts, Igas et Igf estiment qu’il faut accélérer le recentrage ds prises en charge de l’hôpital vers la ville: plus d’HAD, plus de chirurgie ambulatoire, une plus rapide prise en charge en aval de l’hospitalisation. A ce titre, l’Igas avance une idée un rien iconoclaste: mieux rembourser le patient qui se présentant aux urgences accepte une réorientation vers la ville, et vice versa pour celui qui refuse... Au passage, les inspecteurs généraux laissent entendre qu’il y aurait beaucoup à gagner aussi à fermer quelques sites d’urgence, là où le maillage hospitalier est important, donc là où l’on attend le moins...

Dans un communiqué, les ministres de la Santé et du Budget Marisol Touraine et Jérôme Cahuzac relèvent que le rapport prône «des réformes structurelles de l'offre de soin». Une boîte à idées qui devrait les inspirer cet été. «De telles réformes se conduisent dans la durée et seront amorcées dès le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2013», reconnaissent-ils. En revanche, nos deux ministres goûtent moins des suggestions, que pourtant le rapport n’avait fait qu’effleurer en matière de responsabilisation des patients, plafond de dépenses, franchises ou encore cette idée de baisser encore la prise en charge des patients hors parcours de soins, voire de les dérembourser purement et simplement...«Des pistes de déremboursement ou d'accroissement des franchises médicales que les ministres n'approuvent pas, car elles porteraient atteinte au niveau de protection des assurés sociaux», se récrient les deux ministres de tutelle de la Sécu.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Pour la HAS, aucune situation clinique n'est incompatible avec la téléconsultation ou la télé-expertise

Alors que l'avenant conventionnel sur la télémédecine est en passe d'être signé par les syndicats, inscrivant ainsi dans le droit commun la téléconsultation et la télé-expertise, la Haute autorité...Commenter

Bobologie, téléconsultation, renouvellements... les pharmaciens prêts à aider les généralistes dans le premier recours

.

Les premières auditions de la commission d'enquête pour l'accès aux soins se tenaient ce jeudi rue de l'Université. Les représentants des... 10

Pour évaluer la perte de revenus liée à la nouvelle ROSP, les Généralistes-CSMF lancent un observatoire

.

Depuis plusieurs semaines, les généralistes ont fait savoir leur inquiétude d'une perte conséquente de leur Rémunération sur objectifs de... Commenter

Prévention LA PROMOTION DE LA PRÉVENTION EN SALLE D’ATTENTE EST INEFFICACE Abonné

Salle d'attente

La salle d’attente du généraliste est logiquement un lieu idéal – puisque contextualisé – d’affichage de messages sanitaires, notamment... Commenter

Nutrition LES RÉGIMES RESTRICTIFS Abonné

Régime restictif

De plus en plus de patients se lancent dans des régimes restrictifs sans en connaître les conséquences. Nous faisons le point sur plusieurs... 1

A découvrir