Les ostéopathes critiquent les généralistes qui font de l’ostéopathie
Brève

Les ostéopathes critiquent les généralistes qui font de l’ostéopathie

05.06.2012

Les représentants des ostéopathes s’inquiètent face au nombre croissant de professionnels se réclamant de la profession. A l’occasion de la présentation mardi d’un nouveau référentiel de formation en ostéopathie, le Syndicat national de l’enseignement en ostéopathie (SNESO) a notamment mis en cause les pratiques de 47% des ostéopathes qui n’exercent pas la discipline à 100%. Dans le collimateur du SNESO figure notamment l’utilisation du terme "ostéopathie" par certains généralistes qui en font une technique supplémentaire dans leur exercice. Le syndicat met en doute leur qualification en tant qu’ostéopathe. Et il ne cache pas son agacement face à des généralistes qui peuvent facturer leurs interventions d’ostéopathe avec la nomenclature de médecine générale...

Selon le SNESO, l’ostéopathie, reconnue en France depuis 10 ans, «est en danger» aussi du fait de l’abondance de formations non reconnaues. Il existe 74 formations, jugées très hétérogènes par le SNESO , dont 6 seulement sont agrées par le syndicat. Pour un même diplôme, la durée de formation varie de 3 à 6 ans. Le SNESO met notamment en cause la qualité du savoir pratique qui nécessite selon lui pas moins de 6 ans d’études, un plateau technique, des ressources humaines ainsi qu’une clinique par école. Le syndicat demande donc une formation uniforme au milieu national, l’objectif étant pour lui que l’ostéopathie devienne une profession de Santé.

Dans le monde de l’ostéopathie, le SNESO n’est pas le seul à se poser des questions. Inquiets pour leur avenir, les étudiants en ostéopathie ont manifesté à plusieurs reprises ces derniers mois : «Je suis confiante concernant mon intégration professionnelle du fait d’avoir choisi une école reconnue. Ce qui m’inquiète c’est le nombre d’écoles qui forment les élèves en 3 ans. Cela affecte l’image de la profession. Nous avons manifesté pour que toutes ces écoles forment leurs étudiants en 5 ans minimum mais les choses n’ont pas l’air de s’améliorer et nous avons peur de perdre notre statut», explique Céline, une étudiante en 3ème année à l’ESO (Ecole supérieure d’ostéopathie), une des six écoles labellisées.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les médecins s'inquiètent que les pharmaciens soient autorisés à prescrire des médicaments

Les pharmaciens d'officine seront-ils bientôt habilités à délivrer certains médicaments à la place du généraliste ? L'examen du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) se...29

Non la médecine libérale n'est pas morte : la Carmf réplique à Jean-Paul Delevoye

.

La Caisse autonome de retraite des médecins français (Carmf) n'a pas apprécié d'entendre Jean Paul Delevoye, Haut-Commissaire à la réforme... 4

La nomination au Conseil d'Etat du Pr Yves Lévy, époux d'Agnès Buzyn, fait polémique

.

Le Pr Yves Lévy, époux de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, vient de quitter officiellement la présidence de l'Inserm. Le 12 octobre, il... 2

Pédiatrie L'ENFANT ET LES ÉCRANS Abonné

Enfant ecran

Les médecins ont un rôle important de conseil auprès des parents quant à l'utilisation et à la vigilance face aux éventuels effets négatifs... Commenter

Thérapeutique PRESCRIRE OU NON DES STATINES CHEZ LE SUJET ÂGÉ Abonné

personne age

Ce travail espagnol publié dans le BMJ soulève un problème quotidien de l’initiation d’une statine chez un sujet âgé en prévention... Commenter

A découvrir