France 2: Hollande interrogé sur la santé, pas Sarkozy
Brève

France 2: Hollande interrogé sur la santé, pas Sarkozy

27.04.2012

François Hollande et Nicolas Sarkoy se sont succédé jeudi soir sur le plateau de France 2 lors de l’émission "Des Paroles et des actes". Les candidats ne choisissaient pas les thèmes abordés, qui étaient lancées par les questions des journalistes. Au cours des 45 minutes qui cadraient les interventions de chacun des deux finalistes du second tour, seul François Hollande a été interrogé sur des thèmes touchant de près à la santé. Signe peut-être que la presse grand public perçoit encore mal les intentions du favori des sondages dans ce domaine. Le matin même sur France Inter, le président candidat avait néanmoins été amené à évoquer la santé par le biais de l’Aide médicale d’Etat -qu’il entend conserver- et de la carte vitale biométrique -qu’il souhaite instaurer.

Sur France 2 jeudi soir, le candidat socialiste a d’abord été interrogé sur le financement de la Sécurité sociale. Il asoulign qu’il envisageait d’élargir son assiette en ne la faisant plus reposer uniquement sur les ménages : il a réitéré à ce propos son intention de revenir sur la hausse de la TVA sociale prévue par le gouvernement actuel pour octobre.

Questionné ensuite sur la possibilité de faire des économies sur les dépenses de santé et notamment sur l’hôpital, François Hollande est resté relativement peu précis, évoquant "une meilleure organisation territoriale", avec de possibles regroupements géographiques et logistiques dans les établissements. Il a toutefois montré qu’il n’était pas en soi hostile à une forme de tarification à l’activité, mais à condition de faire aussi une plus large place à la valorisation des missions de service public de l’hôpital public.

Pour le reste, le candidat socilaiste est pour "une meilleure organisation entre médecine de ville et de l'hôpital". Le candidat socialiste a évoqué aussi l’évolution de la rémunération des médecins de ville, en confirmant qu’à côté du paiement à l’acte, il y aurait davantage de forfaits, une modalité qui, selon lui, pourrait être utilisée pour optimiser la répartition géograhique des médecins.

François Hollande a enfin été interrogé sur la dépénalisation du "joint". Occasion de se montrer, une fois encore, ferme sur la nécessité de maintenir l’interdiction d’usage du cannabis, alors que certains de ses adjoints plaidaient ces derniers jours pour que ce ne soit plus puni à l’avenir que par une contravention.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Rosp new-look : après les couacs, les généralistes redoutent une baisse de leur prime en 2018

Retards, visites des délégués de l'assurance maladie, interrogations face aux nouveaux indicateurs… La validation de la rémunération sur objectifs de santé publique (Rosp) a relevé cette année du...Commenter

À mi-parcours, les élections ordinales boudées par les médecins

Urne

Un clip de présentation moderne, un bulletin d'information spécifique et même un concours de candidatures (fictives) à succès sur les... 3

Enquête : qu'attendez-vous de la recertification ?

recertification

Le gouvernement souhaite mettre en place une recertification périodique des compétences des médecins. Beaucoup d’incertitudes entourent... Commenter

ORL LE VERTIGE POSITIONNEL PAROXYSTIQUE BÉNIN Abonné

Vestibulométrie sous vidéonystagmographie (VNG)

Les vertiges paroxystiques positionnels bénins sont la première cause de vertiges, mais le médecin généraliste doit avant tout éliminer une... Commenter

Prescription METFORMINE ET RISQUE D’ACIDOSE LACTIQUE Abonné

Molecule de Metformine

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a récemment alerté sur le risque d’acidose lactique sous... Commenter

A découvrir