Tarifs hospitaliers: tout le monde mécontent
Brève

Tarifs hospitaliers: tout le monde mécontent

06.03.2012

Les nouveaux tarifs hospitaliers fixés récemment par le ministère de la Santé ne satisfont personne. La Fédération hospitalière de France (FHF), qui représente les hôpitaux estime que ces nouveaux tarifs «portent un coup dur au secteur hospitalier public». «Malgré la politique de communication du ministère et ses annonces faisant état d'une progression des tarifs de +0,19%, les hôpitaux publics devront faire face en 2012 à une baisse de leurs tarifs de -0,22%, compte tenu de la poursuite de la convergence tarifaire non justifiée avec les cliniques commerciales», poursuit la FHF. «Les hôpitaux verront donc une nouvelle fois leurs tarifs diminuer tandis que leurs charges progresseront (+3%), du fait notamment des décisions gouvernementales en matière salariale», argumente la FHF.

Mécontentement également des cliniques privées qui trouvent que l’hospitalisation privée méritait mieux que le relèvement de 0,19% de leurs tarifs, qui leur a été accordé également, car elles affirment avoir mieux maîtrisé leurs dépenses. «Traiter de manière identique, par une même augmentation de 0,19%, le secteur hospitalier privé qui a respecté l'an dernier le volume prévisionnel à 2,4% et le public qui l'a dépassé à 3,2%, c'est profondément injuste et inacceptable», a déclaré récemment Lamine Gharbi, président de la FHP-MCO, regroupant les cliniques privées de médecine, chirurgie et obstétrique.

Hôpitaux publics et cliniques privées protestent concernant l’autre versant de leur rémunération: les Migac (missions d'intérêt général et à l'aide à la contractualisation), versés essentiellement aux hôpitaux publics. Selon la FHF, l'enveloppe des Migac «ne progressera pas de 3,44% mais sera au contraire en diminution de -1,4%, sous l'effet du gel d'une partie des crédits, à hauteur de 415 millions d'euros en début de campagne». Enfin, la fédération des hôpitaux publics estime que la convergence tarifaire public-privé est «stupide dans son principe et dangereuse dans ses effets», tandis les cliniques trouvent sa mise en place trop lente...

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Désert médical

Plan santé : un « rendez-vous manqué » contre les déserts, selon les maires des petites villes

Le plan santé annoncé mardi par Emmanuel Macron a divisé les médecins. Les 54 mesures de cette refonte du système de santé rendent pour le moins sceptiques les élus des petites villes. « Cette...10

Les jeunes médecins saluent la fin du numerus clausus et des ECNi, trop théoriques

QCM

Le volet formation du Plan Ma santé 2022, présenté par Agnès Buzyn et la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal ce mardi,... 2

4 000 assistants médicaux, exercice mixte à l'hôpital, fin du numerus clausus Les principales mesures du plan santé d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron

Le plan santé dévoilé mardi par le chef de l'État comprend 54 mesures visant à réformer en profondeur le système de soins pendant le... 9

Pédagogie STRATÉGIES COGNITIVES ET ERREURS DIAGNOSTIQUES Abonné

Ampoule cassee

Comment les médecins font-ils pour poser des diagnostics et pourquoi se trompent-ils parfois ? Face à un patient, les praticiens génèrent... Commenter

Toxicologie  L’INTOXICATION AU PARACÉTAMOL Abonné

Paracetamol

Hautement hépatotoxique aux doses suprathérapeutiques, le paracétamol est à l’origine de l’une des intoxications les plus fréquentes.... Commenter

A découvrir