Un médecin bas-normand sur trois souffre de problèmes de santé chroniques
Brève

Un médecin bas-normand sur trois souffre de problèmes de santé chroniques

25.11.2011

Même si une large majorité des médecins exerçant en Basse-Normandie se déclarent en bonne ou très bonne santé, 1/3 d’entre eux déclarent pourtant souffrir de problèmes de santé chroniques. C’est une des principales conclusions d’une enquête diligentée par la Direction de la recherche des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), en partenariat avec les Observatoires régionaux de santé et les Unions régionales de cinq régions (PACA, Basse-Normandie, Bourgogne, Pays de la Loire et Bretagne). Les médecins inclus dans le panel ont accepté de répondre à cinq vagues d’enquêtes espacées de six mois traitant de sujets variés sur leur santé.

Parmi les médecins ayant déclaré souffrir de maladies chroniques, l’âge joue un rôle certain et surtout chez les hommes (49 % des plus de 55 ans contre 18 % des moins de 45 %). Un médecin bas-normand sur dix est, par ailleurs, pris en charge au titre d’une affection de longue durée (ALD) et là encore l’âge influe puisque 21 % des hommes de plus de 55 ans se déclarent en ALD contre 0 % de ceux qui ont moins de 45 ans.

Autre fait marquant de l’enquête, 35 % des médecins bas-normands accusent une surcharge pondérale. 28 % sont en surpoids (IMC entre 25 et 30) et 7 % sont obèses (IMC supérieur à 30). Une densité importante même si elle est très inférieure à ce qu’on peut observer en population générale active. Notons aussi que les médecins hommes sont 2,5 fois plus nombreux à connaître des problèmes de poids que leurs consœurs (40 % contre 15 %)

Concernant la prise de substances psycho-actives, 17 % des médecins bas-normands ont « avoué » fumer : 4 % occasionnellement et 13 % quotidiennement. Les comportements face au tabac n’apparaissent pasliés à la dominante rurale ou urbaine de la zone d’exercice des médecins bas-normands. Par ailleurs, 90 % d’entre eux ont déclaré avoir consommé de l’alcool au cours des dix derniers mois et ils sont plus nombreux (15,8 % contre 10,3 % pour l’ensemble des autres régions à présenter une consommation régulière à risque.

Enfin, 24 % des médecins bas-normands ont déclaré avoir pris des anxiolytiques et/ou des hypnotiques au cours des 12 mois précédant l’enquête et 8 % ont eu recours à des antidépresseurs. Des chiffres à mettre en regard avec le fait que 9,5 % présentent un état de détresse psychologique - les femmes plus que les hommes (14 % contre 7 %) - et que 3,5 % ont eu des idées ou des projets de suicide.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Le budget de la Sécu pour 2019 dévoilé Fin du « NS » manuscrit, prévention chez l'ado, vaccination en pharmacie... ce qui change pour vous

Le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2019 était présenté ce mardi matin à Bercy par le ministre de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin et la ministre de la...2

Le CCNE dit oui à la PMA et aux diagnostics prénataux, mais non à une nouvelle loi sur la fin de vie

CCNE

« C’est un avis qui n’est pas consensuel mais dans lequel nous avons essayé de faire émerger un assentiment majoritaire. » Le Pr Jean-Franço... 3

Le trou de la Sécu sera comblé en 2019, assure le gouvernement

.

Le redressement des comptes sociaux se poursuit et devrait se traduire par un retour à l'équilibre de la Sécurité sociale en 2019. Une... 1

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir