Fillon défend les mesures incitatives
Brève

Fillon défend les mesures incitatives

07.10.2011

Les interventions du Premier ministre sur le thème de la santé sont extrêmement rares. Après Vesoul en 2010 et Strasbourg en mai dernier, ce n’est que la troisième fois que François Fillon se rend sur ce terrain et c’est la première fois qu’il consacre un déplacement à la médecine générale. L’occasion pour lui après l’inauguration d’une maison de santé à Richelieu en Indre-et-Loire de défendre l’action du gouvernement en matière de lutte contre les déserts médicaux. En 2010, il avait été annoncé la création de 250 maisons de santé pluridisciplinaires en milieu rural ou dans les quartiers en difficultés. « Nous en sommes désormais à 230 », s’est réjouit François Fillon, après avoir visité les locaux flambants neufs de cette structure qui a ouvert ses portes au début du mois de septembre.

Arnaud Saccomandi, le généraliste à l’origine du projet, adjoint-au maire de la commune a expliqué à François Fillon son soulagement d’avoir vu son projet se réaliser. « J’ai 52 ans, je redoutais de me trouver le seul généraliste du canton dans dix ans, lui a-t-il confié. Avant, on avait un outil de travail désuet, aujourd’hui, j’ai l’impression de travailler dans une petite clinique. Nous avons des échanges pluri-quotidiens entre professionnels ».

A l’issue de la visite, deux étudiants en médecine ont signé sous le regard du premier ministre et du ministre de la santé, des « contrats d’engagement de service public » (CESP) qui les engageront à exercer dans une zone déficitaire pendant le même nombre d’années qu’ils auront bénéficié d’une allocation. Ce dispositif qui a connu un démarrage poussif vise à être étendu à 400 étudiants en médecine. « Si nous sommes déterminés à renforcer les incitations à l’installation, nous ne ferons pas le choix du recours à des mesures coercitives qui ne fonctionnent pas et sont, en réalité contre-productives ! » a fait valoir le premier ministre, alors que lors des débats pour les primaires socialistes, la question de la contrainte a refait surface.

François Fillon a aussi évoqué les dossiers qui restent à boucler avant la fin du quinquennat : retour de la réforme de la responsabilité civile professionnelle via le budget pour 2012, « discussions en cours » sur la retraite supplémentaire des médecins avec « des efforts partagés par tous pour garantir la pérennité du système » et « bouclage rapide du dossier du développement professionnel continu ».

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les médecins s'inquiètent que les pharmaciens soient autorisés à prescrire des médicaments

Les pharmaciens d'officine seront-ils bientôt habilités à délivrer certains médicaments à la place du généraliste ? L'examen du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) se...15

Non la médecine libérale n'est pas morte : la Carmf réplique à Jean-Paul Delevoye

.

La Caisse autonome de retraite des médecins français (Carmf) n'a pas apprécié d'entendre Jean Paul Delevoye, Haut-Commissaire à la réforme... 2

La nomination au Conseil d'Etat du Pr Yves Lévy, époux d'Agnès Buzyn, fait polémique

.

Le Pr Yves Lévy, époux de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, vient de quitter officiellement la présidence de l'Inserm. Le 12 octobre, il... 1

Pédiatrie L'ENFANT ET LES ÉCRANS Abonné

Enfant ecran

Les médecins ont un rôle important de conseil auprès des parents quant à l'utilisation et à la vigilance face aux éventuels effets négatifs... Commenter

Thérapeutique PRESCRIRE OU NON DES STATINES CHEZ LE SUJET ÂGÉ Abonné

personne age

Ce travail espagnol publié dans le BMJ soulève un problème quotidien de l’initiation d’une statine chez un sujet âgé en prévention... Commenter

A découvrir