Corruption : le Fonds mondial de lutte contre le sida doit améliorer ses contrôles
Brève

Corruption : le Fonds mondial de lutte contre le sida doit améliorer ses contrôles

19.09.2011

Un groupe de travail, chargé d'examiner des accusations de corruption au sein du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et la malaria, a estimé lundi que cet organisme doit améliorer ses contrôles internes. Dans un communiqué, le Fonds mondial a répondu lundi qu'il accueillait favorablement ces recommandations. Le Fonds a reconnu en 2010 que 34 millions de dollars avaient été détournés dans quatre pays africains, Djibouti, le Mali, la Mauritanie et la Zambie. Le groupe de travail, co-présidé par l'ancien secrétaire d'État américain à la Santé, Michael Leavitt et l'ancien président du Bostwana Festus Mogae, a été constitué après les accusations formulées en décembre 2010, selon lesquels des dizaines de millions de dollars récoltés pour les programmes du fonds en Afrique avaient disparu. Ces accusations ont conduit deux pays donateurs, l'Allemagne et la Suède, à suspendre leurs contributions. Le groupe de travail propose six types de recommandations, et indique que le Fonds mondial doit établir des « règles de base simples, claires et pratiques, dans ses services comptables et dans le comportement éthique ». Le Fonds doit établir « des définitions claires des catégories de risques auxquels il fait face, et en discuter avec les donateurs, dans un esprit de transparence pro-actif ». Le groupe reconnaît cependant, que « contrairement aux banques et autres institutions financières, le Fonds mondial ne peut pas éviter les risques, en refusant les dons : des vies humaines sont en jeu et le véritable objectif de l'organisation est de les sauver ». Créé en 2002 avec les fonds du multimillionnaire Bill Gates, le Fonds est la plus importante source de financement internationale pour ces trois maladies, qui ensemble font 4 millions de victimes dans le monde chaque année. En 2009, le Fonds mondial représentait 20 % des fonds pour le sida, 65 % de ceux pour la tuberculose et 65 % de ceux pour la malaria.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dr Faroudja

L’Ordre ne voit pas de raison de s’opposer à la PMA pour toutes

Les positions du Conseil national de l’Ordre des médecins dans le cadre des États Généraux de la Bioéthique se faisaient attendre. Le Cnom n’avait pas souhaité être auditionné par le Comité...13

IVG : une pétition réclamant le retrait de la clause de conscience récolte 40 000 signatures

Pétition

Les propos anti-IVG du Dr de Rochambeau n’en finissent plus de faire des remous. Le 12 septembre, la maire adjointe des Lilas... 13

Face à la pénurie de médecins, la Chine mise sur l'intelligence artificielle

Intelligence artificielle

Avec 12 millions de professionnels de santé pour près de 1,4 milliard d'habitants, la Chine connaît, elle aussi, une pénurie de médecins.... 3

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir