Corruption : le Fonds mondial de lutte contre le sida doit améliorer ses contrôles
Brève

Corruption : le Fonds mondial de lutte contre le sida doit améliorer ses contrôles

19.09.2011

Un groupe de travail, chargé d'examiner des accusations de corruption au sein du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et la malaria, a estimé lundi que cet organisme doit améliorer ses contrôles internes. Dans un communiqué, le Fonds mondial a répondu lundi qu'il accueillait favorablement ces recommandations. Le Fonds a reconnu en 2010 que 34 millions de dollars avaient été détournés dans quatre pays africains, Djibouti, le Mali, la Mauritanie et la Zambie. Le groupe de travail, co-présidé par l'ancien secrétaire d'État américain à la Santé, Michael Leavitt et l'ancien président du Bostwana Festus Mogae, a été constitué après les accusations formulées en décembre 2010, selon lesquels des dizaines de millions de dollars récoltés pour les programmes du fonds en Afrique avaient disparu. Ces accusations ont conduit deux pays donateurs, l'Allemagne et la Suède, à suspendre leurs contributions. Le groupe de travail propose six types de recommandations, et indique que le Fonds mondial doit établir des « règles de base simples, claires et pratiques, dans ses services comptables et dans le comportement éthique ». Le Fonds doit établir « des définitions claires des catégories de risques auxquels il fait face, et en discuter avec les donateurs, dans un esprit de transparence pro-actif ». Le groupe reconnaît cependant, que « contrairement aux banques et autres institutions financières, le Fonds mondial ne peut pas éviter les risques, en refusant les dons : des vies humaines sont en jeu et le véritable objectif de l'organisation est de les sauver ». Créé en 2002 avec les fonds du multimillionnaire Bill Gates, le Fonds est la plus importante source de financement internationale pour ces trois maladies, qui ensemble font 4 millions de victimes dans le monde chaque année. En 2009, le Fonds mondial représentait 20 % des fonds pour le sida, 65 % de ceux pour la tuberculose et 65 % de ceux pour la malaria.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Agnès Buzyn annonce la mise en œuvre de la recertification des médecins

Agnès Buzyn avait déjà plutôt séduit l’Ordre des médecins lors de ses discours. La ministre de la Santé pourrait bien avoir à nouveau marqué des points importants jeudi matin lors de l’ouverture du...8

Le Cytotec sera retiré du marché en mars 2018

Cytotec

Le laboratoire Pfizer France vient d'annoncer sa décision de retirer du marché français le Cytotec à partir du 1er mars 2018.  Le Cytotec... Commenter

Violences obstétricales : les propositions des professionnels de la naissance

.

Pas question pour les professionnels de la naissance de laisser enfler la récente polémique sur les violences obstétricales sans réagir. La... Commenter

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir