Risque accru de décès prématuré chez les parents ayant perdu un jeune enfant
Brève

Risque accru de décès prématuré chez les parents ayant perdu un jeune enfant

08.09.2011

On considère souvent que la mort du partenaire dans un couple peut hâter la mort de l'autre, ce qu'on appelle « mourir le cœur brisé ». Ce phénomène pourrait aussi s'appliquer à la perte d'un jeune enfant, selon une étude britannique. Les parents qui ont perdu un enfant avant son premier anniversaire, ont entre deux et quatre fois plus de risque que les autres de mourir dans les dix ans qui suivent, et les effets de ce deuil sur la mortalité persistent dans le temps, indique cette étude publiée mercredi dans la revue spécialisée BMJ Supportive and Palliative Care.

Elle a été réalisée en deux parties : une analyse des statistiques de mortalité concernant à la fois les mères et les pères sur une période de 15 ans (1991-2006) en Écosse et une analyse des données concernant uniquement les mères sur une période de 35 ans (1971-2006) en Angleterre et au Pays de Galles. L'équipe conduite par Mairi Harper de l’université de York a montré que les parents en Écosse avaient un risque plus que doublé de décéder ou de devenir veuf dans les 15 années suivant la perte d'un enfant avant son premier anniversaire (incluant les mort-nés) par rapport aux autres parents. En Angleterre et au Pays de Galles, le risque était plus que quadruplé pour les mères. Et même si l'impact du deuil s'amenuisait graduellement au fil du temps, le risque était encore une fois et demie plus élevé chez les mères ayant perdu un jeune enfant jusqu'à 25 ans après le décès. Les chercheurs soulignent que des études à plus large échelle devraient être menées pour déterminer les causes de décès des parents. Par exemple, les parents endeuillés peuvent avoir davantage tendance à se suicider. Ils pourraient être aussi plus enclins à de mauvaises stratégies d'adaptation, comme l'abus d'alcool, facteur de risque de maladies et d'accidents.

Mais il est aussi possible, indiquent les chercheurs, que le stress du deuil entraîne des effets physiologiques significatifs, par exemple sur le système immunitaire, accroissant ainsi la sensibilité aux maladies. D'un autre côté, ils n'excluent pas la possibilité que les enfants mort-nés ou décédés dans leur première année se retrouvent plus fréquemment chez des parents en mauvaise santé et ayant ainsi une espérance de vie plus faible.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Harcèlement

86 % des internes victimes de sexisme, 1 sur 10 de harcèlement sexuel

L’heure est à la dénonciation des comportements sexistes et du harcèlement, mais les internes en médecine n’ont pas attendu l’affaire Weinstein pour s’en préoccuper. En septembre dernier, l...Commenter

Thyrofix, une cinquième spécialité à base de lévothyroxine disponible dès décembre

Pharmacie

Après le Lévothyrox, l’Euthyrox, la L-Thyroxin Henning, et L-Thyroxine Serb en gouttes voilà le Thyrofix. Dans un communiqué publié ce... Commenter

Le Sénat a peu retouché le PLFSS 2018 qui sera soumis au vote mardi

Sénat

En attendant le vote solennel de mardi, les sénateurs ont bouclé l'examen en première lecture du projet de loi de financement de la... Commenter

Infectiologie SPORT ET PATHOLOGIES INFECTIEUSES DE L'ENFANT Abonné

Sport

Les pédiatres infectiologues américains viennent de publier des recommandations sur la prise en charge et la prévention des pathologies... Commenter

Nutrition BOISSONS ÉNERGISANTES : PAS SANS RISQUES Abonné

boisson

Elles connaissent un franc succès auprès des jeunes, sportifs ou non. Cocktails de stimulants comme la caféine, la taurine, le... Commenter

A découvrir