Le tabac aggrave le cancer de la prostate
Brève

Le tabac aggrave le cancer de la prostate

22.06.2011

Des hommes atteints d'un cancer de la prostate et qui fument au moment du diagnostic ont un risque nettement plus grand de voir leur tumeur réapparaître après un traitement et aussi d'en décéder, selon une étude publiée mardi dans le JAMA. Cette étude, qui a porté sur 5 366 hommes atteints d'un cancer de la prostate entre 1986 et 2006, montre que les fumeurs ont 61 % plus de risques de rechute et de décès que ceux n'ayant jamais fumé. « Dans notre recherche nous avons constaté le même risque de récidive du cancer de la prostate et de mortalité » chez les fumeurs, précise le Dr Stacey Kenfield, principale auteur de cette étude parue dans le Journal of the American Medical Association daté du 22 au 22 juin. « Prises ensemble, ces données confortent l'idée selon laquelle le tabac accroît le risque de progression du cancer de la prostate » ajoute cette chercheuse à la faculté de santé publique de l'université de Harvard (Massachusetts, nord-est). Les fumeurs chez lesquels on a diagnostiqué un cancer de la prostate sans métastase ont également 80 % plus de risques de mourir d'un cancer généralisé que les non-fumeurs, affirment encore les auteurs de cette étude. En revanche, les hommes atteints de ce cancer et qui ont arrêté de fumer dix ans avant le diagnostic réduisent leur risque de mortalité au même niveau que les non-fumeurs. Il en est de même pour ceux qui auraient arrêté de fumer moins de dix ans avant le diagnostic et qui n'auraient consommé que vingt paquets de cigarettes par an. Le cancer de la prostate touche un Américain sur six : c'est la deuxième cause de mortalité chez les hommes atteints d'un cancer. Quelque 16 millions d'hommes dans le monde survivent à ce cancer.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Congrès de l'Isnar-IMG à Tours Aides à l'installation : les cafouillages du contrat CESP entre manque d’accompagnement et défaut d’information

Le contrat d’engagement de service public (CESP) a été créé il y a neuf ans. l’Intersyndicale des internes en médecine générale (Isnar-IMG) et l’Anemf ont donc jugé le moment opportun pour en faire...Commenter

Anti-acides et thérapies anticancéreuses ne font pas bon ménage

Femme traitée par chimiothérapie

L’utilisation de médicaments anti-acide impacte de manière négative la survie de patients atteints de cancer et traités par pazopanib... Commenter

La moitié des internes en médecine générale dépasse le temps de travail réglementaire

.

À l’occasion du 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de médecine générale (Isnar-IMG) à Tours, l’organisation a présenté les résulta... 5

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir