Un aliment ne peut, à lui tout seul, favoriser ou empêcher le cancer, rappelle l’Anses
Brève

Un aliment ne peut, à lui tout seul, favoriser ou empêcher le cancer, rappelle l’Anses

26.05.2011

Un aliment, pris isolément, ne peut favoriser ou empêcher le cancer, rappelle l'Agence de sécurité sanitaire de l'alimentation (Anses) qui prône, preuves scientifiques à l'appui, une alimentation équilibrée associée à de l'exercice régulier. A la demande de l'Anses, un groupe d'experts pluridisciplinaire s'est réuni pendant quatre ans pour examiner toutes les études parues dans le monde entier sur les recommandations nutritionnelles dans le cadre de la prévention des cancers. Un comité d'experts de l'Anses a validé leur rapport, rendu public jeudi. Le rapport rappelle que le cancer est « une maladie multifactorielle faisant intervenir des déterminants individuels, comportementaux et environnementaux ». Parmi les déterminants comportementaux, on compte la nutrition, c’est-à-dire, selon l'Anses, l'alimentation, le statut nutritionnel (de la dénutrition à l'obésité) et aussi l'activité physique, qui modifie le métabolisme. « Il n'existe pas d'aliment qui puisse être directement incriminé de façon isolée dans la survenue d'un cancer » et la prévention nutritionnelle des cancers « ne cible pas la consommation ou l'éviction d'un aliment en particulier » souligne l'étude. « Il n'y a pas d'aliment miracle, et il faut mettre toutes les chances de son côté en allant vers une diversité alimentaire » insiste Irène Margaritis, chef de l'unité d'évaluation des risques nutritionnels. L'Anses a évalué les niveaux de preuve des facteurs nutritionnels à prendre en compte pour la prévention des cancers. Il y a ceux augmentant le risque de certains cancers : boissons alcoolisées, surpoids et obésité, consommation de viande rouge ou charcuterie, sel, compléments alimentaires à base de bêta-carotène… Il y a aussi ceux qui contribuent à la diminution du risque : activité physique, consommation de fruits et légumes, voire allaitement, avec encore une fois des effets variables et pour seulement certains cancers. L'Anses rappelle qu'environ un tiers des cancers les plus communs « pourraient être évités grâce à la prévention nutritionnelle dans les pays industrialisés ».

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Assistants : 100 généralistes disent non à « l'abattage » et proposent des pistes pour libérer du temps médical

La dernière séance de négociation conventionnelle sur les assistants médicaux a été la goutte de trop dans un vase déjà bien rempli. Une centaine de médecins généralistes a signé hier soir une...7

L’ANSM alerte sur les risques de deux anabolisants et brûleurs de graisse vendus sur Internet

corps

L’ANSM a identifié la présence de substances non autorisées et dangereuses pour la santé, le clenbutérol et le stanozolol, dans les... 1

400 généralistes salariés bientôt recrutés dans les déserts : pourquoi ReAGJIR y croit

Image d'illustration

Le recrutement des 400 postes de médecins généralistes dans les hôpitaux de proximité annoncé en septembre par le président de la... 1

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir