Gardés à vue : les médecins libéraux peuvent à nouveau faire les examens
Brève

Gardés à vue : les médecins libéraux peuvent à nouveau faire les examens

20.04.2011

La réorganisation de la médecine légale et l'obligation de ne plus faire examiner les gardés à vue par un médecin libéral, qui avaient soulevé un tollé des syndicats de police, a été récemment « assouplie » par le garde des Sceaux Michel Mercier, selon des syndicats policiers. Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a écrit la semaine dernière aux syndicats de police afin de les rassurer sur ce point. Il fait état dans sa lettre d'une circulaire du ministre de la justice en date du 5 avril dans laquelle celui-ci demande aux procureurs que « soient mises en œuvre des solutions permettant la réalisation des examens des gardés à vue dans les locaux des services et unités de police et de gendarmerie ». Les syndicats de policiers avaient fait part en janvier dernier de leur mécontentement après une réforme de la médecine légale. Dans ce cadre, les examens médicaux de gardés à vue s'effectuent généralement depuis le début de l'année dans les unités médico-judiciaires (UMJ) de métropole et d'outre-mer, où ils sont escortés par des policiers et des gendarmes. Ils ne sont donc plus effectués par des médecins locaux ou de SOS-médecins qui se déplaçaient auparavant dans les commissariats et les brigades de gendarmerie. Les syndicats de police ont évoqué, dès la mise en route de la réforme, des cas de « paralysie des services » mobilisant des personnels et des véhicules de service. Sur la base de la circulaire de Michel Mercier, Claude Guéant indique dans sa lettre aux syndicats de police avoir « donné pour instruction (..) d'être attentifs à la mise en œuvre » des préconisations de son homologue de la justice. Plusieurs syndicats de police ont exprimé mardi leur satisfaction, estimant que la réforme a été « assouplie ». Claude Guéant estime dans sa lettre aux syndicats que le garde des Sceaux a été « sensible à (ses) arguments » après qu'il eut fait part au gouvernement du nombre important des difficultés des policiers sur le terrain avec les examens des gardés à vue. Ces derniers doivent être pratiqués in situ recommande encore Michel Mercier dans sa circulaire.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Recertification

Reagjir dit oui à la recertification avec une visite obligatoire chez un médecin du travail

Le ministère de la Santé souhaite instaurer une recertification périodique des compétences des médecins. Un groupe de travail piloté par l'ex-doyen de Paris VI, le Pr Serge Uzan, doit remettre...7

Lyme : une erreur diagnostique dans plus de 80% des cas, d'après une étude française

Lyme

Une étude faite auprès de 301 patients ayant consulté entre janvier 2014 et décembre 2017 pour une suspicion de maladie de Lyme, a été... 1

La moitié des médecins pensent que l'IA et les robots feront partie de leur quotidien en 2030

Robot

Comment les médecins envisagent-ils leur pratique dans 10, 20, 30 ans ?  La MACSF s'est intéressée à l'impact des nouvelles technologies... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir