Gros clash à la deuxième journée des négociations conventionnelles
Brève

Gros clash à la deuxième journée des négociations conventionnelles

14.04.2011

Constatant la présence d’internes et d’étudiants dans les délégations de MG France (ISNAR et SNJMG) et du Bloc (ANEMF et ISNIH), la CSMF et le SML ont décidé de claquer la porte des négociations conventionnelles lors de la deuxième réunion qui se tenait ce jeudi matin. Le directeur de l’UNCAM a néanmoins décidé de poursuivre la séance dans la mesure où, en droit, chaque délégation est libre d’accueillir qui elle le souhaite, a-t-il rappelé. Il reprendra langue plus tard avec la CSMF et le SML. Dans un communiqué, la CSMF « dénonce l’attitude complice de l’UNCAM qui n’a pas imposé le respect des règles de droit déterminant que seules les organisations représentatives sont habilitées à participer aux négociations conventionnelles ». En outre, elle ajoute qu’elle « ne reviendra pas à la table des négociations tant que les règles de droit n’y seront pas appliquées et que la démocratie y sera méprisée ». Le SML a réagi en début d’après-midi. « Le SML constate avec une grande amertume que les syndicats perdants des dernières élections, en particulier MG France, tentent de saborder la négociation conventionnelle en nous imposant, une fois de plus, par pure provocation, la présence des représentants de jeunes étudiants, pas encore docteurs en médecine, ni installés en exercice libéral, a fait savoir le syndicat. Nos futurs jeunes confrères ont certes le droit d’avoir une opinion sur leur avenir, et nous sommes prêts à les écouter sur ce sujet, mais ils n’ont aucune légitimité pour s’asseoir à la table des négociations ». Selon MG France, le départ de la CSMF et du SML de la table conventionnelle était « prémédité». « C’est un message envoyé à l’Elysée », a analysé Claude Leicher lors d’une conférence de presse jeudi après-midi. L’ISNIH, l’ISNCCA, l’ANEMF, l’ISNAR-IMG et le SNJMG ont répondu jeudi soir dans un communiqué pour faire part de leur « étonnement » face aux réactions de la CSMF et du SML : « les futurs professionnels ont déjà exprimé leurs inquiétudes sur l’avenir de la pratique médicale en France, disent-ils. Naturellement, en tant que représentants des médecins libéraux de demain, nos structures demandent à être présentes aux négociations conventionnelles qui débutent ce jour. Un compromis acceptable en tant que membres des délégations du BLOC, de FMF et de MG France a pu être trouvé pour être en conformité avec la loi ». Les

jeunes médecins « ne sont pas dans une attitude belliciste et ne sont ni manipulés, ni manipulables. Nous ne suivons aucune consigne et ne faisons le jeu d’aucun syndicat senior. Au lieu d’alimenter un climat de suspicion délétère, nous demandons à travailler ensemble, pour le bien de tous, à la table des négociations ». La réunion de ce matin est consacrée aux propositions pour remédier aux déséquilibres démographiques.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir