Le Sénat autorise PMA pour les couples homos et recherches sur l’embryon
Brève

Le Sénat autorise PMA pour les couples homos et recherches sur l’embryon

08.04.2011

Au Sénat, le débat bioéthique va de rebondissements en rebondissements et de surprise en surprise ! Et les sénateurs ont une nouvelle fois démontré cette semaine qu’ils étaient beaucoup plus libéraux que les députés sur les questions de société. Déjà, en commission des Affaires sociales la semaine dernière, ils avaient marqué leur différence avec les députés en se prononçant pour la levée de l’anonymat des dons de sperme et d’ovocytes, et pour l’autorisation des recherches sur les cellules embryonnaires. En séance publique vendredi matin, ce dernier point a d’ailleurs été voté, malgré l’opposition du gouvernement.

La veille, les sénateurs étaient allés encore plus loin en «libéralisant» davantage le projet de loi révisant les lois bioéthique. Ainsi, à la surprise générale, le Sénat a t-il voté jeudi un amendement PS/Verts visant à élargir l'assistance médicale à la procréation (AMP) aux couples d’homosexuelles. Le rapporteur du texte, le sénateur UMP Alain Milon, a voté pour à titre personnel. Mais le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, s'est prononcé contre, réafirmant la doctrine gouvernementale en la matière : «c'est le constat d'une infertilité médicale qui reste la condition d'accès à l'AMP. L'AMP est une réponse médicale à un problème médical.»

Le jour précédent, mercredi, la Haute Assemblée avait encore corrigé la copie des députés en supprimant la faculté donnée au médecin de décider d'un diagnostic prénatal «lorsque les conditions médicales le nécessitent». Cet amendement introduit par Jean Léonetti (UMP) à l’Assemblée Nationale contre l’avis du gouvernement visait en fait à rendre moins systématique le dépistage prénatal.

Pour finir, le Sénat n'a pas voulu autoriser «la gestation pour autrui», mais le débat a été passionné sur une éventuelle légalisation des mères porteuses. Pour l’éviter, le gouvernement a du mettre tout son poids dans la bataille, Nora Berra mettant en avant «le principe de l'indisponibilité du corps humain». Trois amendements, au projet de loi de révision bioéthique, visant à autoriser la «GPA», dont un du rapporteur UMP du texte Alain Milon, un autre du socialiste Jean-Pierre Godeffroy ont finalement été repoussés. Des amendements visant à permettre l'inscription à l'état-civil d'enfants nés de mères porteuses à l'étranger ont aussi été repoussés (173 contre, 134 pour).

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Recertification

Reagjir dit oui à la recertification avec une visite obligatoire chez un médecin du travail

Le ministère de la Santé souhaite instaurer une recertification périodique des compétences des médecins. Un groupe de travail piloté par l'ex-doyen de Paris VI, le Pr Serge Uzan, doit remettre...12

Lyme : une erreur diagnostique dans plus de 80% des cas, d'après une étude française

Lyme

Une étude faite auprès de 301 patients ayant consulté entre janvier 2014 et décembre 2017 pour une suspicion de maladie de Lyme, a été... 1

La moitié des médecins pensent que l'IA et les robots feront partie de leur quotidien en 2030

Robot

Comment les médecins envisagent-ils leur pratique dans 10, 20, 30 ans ?  La MACSF s'est intéressée à l'impact des nouvelles technologies... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir