Les comprimés d’iode en rupture de stock
Brève

Les comprimés d’iode en rupture de stock

16.03.2011

Le gouvernement Français a envoyé des comprimés d'iode à Saint-Pierre-et-Miquelon, en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et à Wallis et Futuna pour faire face à une éventuelle contamination après l'accident nucléaire au Japon. Cette décision a été prise «compte tenu de l’évolution de la situation au Japon, de l’éloignement, et des délais d’acheminent», explique le ministère de l'Outre-mer dans un communiqué. «En effet, la métropole dispose aujourd’hui de réserves de comprimés d’iode, ce qui n’est pas le cas des territoires outre-mer. Afin de placer ces derniers au même niveau que la métropole, la décision a donc été prise de les approvisionner, sans qu’il y ait besoin d’organiser une distribution à la population à ce jour», poursuit le ministère, qui précise qu’«à ce stade, il faut rappeler qu’il n’y pas de risque de contamination pour ces territoires.»

Ailleurs, le principal fabricant américain de comprimés d'iodure de potassium, Anbex a annoncé qu’il est en rupture de stock depuis le vendredi 11 mars au soir, en raison de la demande massive. Selon Alan Morris, président d'Anbex, «la demande provient principalement de la côte Ouest des Etats-Unis, mais il y a un grand nombre de demandes de renseignements et de commandes provenant du Japon, de Corée et d'Asie en général.» Alan Morris a dit espérer que ses usines auraient de nouveaux stocks de ce médicament prêts à être expédiés d'ici deux semaines. Les autorités américaines affirment depuis le début de la crise que la probabilité que la radioactivité atteigne les Etats-Unis est minime, tandis que les météorologues estiment qu'il est difficile de prévoir exactement la probabilité qu'un nuage radioactif traverse le Pacifique.

En France, la pharmacie centrale des armées a reçu ces derniers jours des centaines d'appels de particuliers et d'officines pour se procurer des pastilles d'iode. Ces très nombreux appels enregistrés depuis l'accident consécutif au tsunami à la centrale de Fukushima au Japon viennent de particuliers, de pharmaciens, de voyageurs ou encore de journalistes, et émanent pour la plupart de personnes qui ne vivent pas en France à proximité d'un site nucléaire, précise le Service de santé des armées (SSA). La production actuelle de la pharmacie centrale est de 55.000 plaquettes de 10 comprimés de 65 milligrammes par jour, quatre jours par semaine, et n'a pas été augmentée à la suite de l'accident de Fukushima, précise-t-on.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Recertification

Reagjir dit oui à la recertification avec une visite obligatoire chez un médecin du travail

Le ministère de la Santé souhaite instaurer une recertification périodique des compétences des médecins. Un groupe de travail piloté par l'ex-doyen de Paris VI, le Pr Serge Uzan, doit remettre...16

Lyme : une erreur diagnostique dans plus de 80% des cas, d'après une étude française

Lyme

Une étude faite auprès de 301 patients ayant consulté entre janvier 2014 et décembre 2017 pour une suspicion de maladie de Lyme, a été... 1

La moitié des médecins pensent que l'IA et les robots feront partie de leur quotidien en 2030

Robot

Comment les médecins envisagent-ils leur pratique dans 10, 20, 30 ans ?  La MACSF s'est intéressée à l'impact des nouvelles technologies... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir