Le Di-Antalvic et le Propofan ne sont plus disponibles depuis mardi
Brève

Le Di-Antalvic et le Propofan ne sont plus disponibles depuis mardi

01.03.2011

Les médicaments anti-douleur contenant du dextropropoxyphène comme le Di-Antalvic, Propofan et leurs génériques ont été retirés du marché mardi. L'annonce officielle du retrait de ces médicaments avait été faite lors de la publication, le 31 janvier, à la suite de l'affaire du Mediator, de la liste des 77 médicaments et 12 familles de produits sous surveillance renforcée. Mais l’Afssaps avait déjà annoncé en juin 2009 le retrait progressif de ces médicaments opiacés, avant le retrait définitif préconisé par l'agence européenne du médicament (EMEA). En Grande-Bretagne, ce médicament avait été à l'origine de 300 à 400 décès, du fait de surdosages assez souvent volontaires, facilités par un conditionnement plus massif qu'en France. Les Français, avec huit millions de personnes qui en prenaient, représentaient 95 % de la consommation européenne. Le nombre des décès dus à un surdosage y est beaucoup plus limité, avec quelque 65 morts par an, dont 90 % seraient des suicides. En 2009, l'Académie nationale de Médecine était intervenue dans le débat en critiquant la recommandation européenne de retrait du Di-Antalvic, soulignant que les « utilisations déviantes » étaient très « exceptionnellement observées en France, à la différence de pays comme la Suède, le Royaume Uni ou le Danemark, qui sont à l'origine de la procédure de retrait ».

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Assemblée

Les députés disent oui à la prescription par le pharmacien, non au médecin traitant opposable

L'Assemblée poursuit ce vendredi l'examen en séance plénière du projet de loi santé. Plusieurs mesures symboliques ont été prises ces dernières heures. Les députés sont finalement revenus sur une...27

Le Bas-Rhin mise sur le 116 117 pour prendre en charge les soins non programmés en journée

.

L’URPS du Bas-Rhin, soutenue par l’ARS du Grand Est a lancé lundi dernier le dispositif “Un médecin 116 117” pour répondre à la demande de... Commenter

Bon usage du médicament : « des marges d’amélioration considérables » selon le patron de la Cnam

Nicolas Revel

Invité vendredi de la seconde édition du colloque sur le Bon usage du médicament*, Nicolas Revel, directeur général de l’Assurance maladie... Commenter

Ophtalmologie L'OPHTALMOLOGIE DE L’ENFANT EN SOINS PRIMAIRES Abonné

Ophtalmologie

En raison de délais de consultation souvent longs, l'ophtalmologie pédiatrique envahit les soins primaires. Il incombe aux médecins... 2

Gynécologie L'ENDOMÉTRIOSE Abonné

Endométriose

Retards diagnostiques, mauvaise coordination dans la prise en charge : une grande marge de progrès demeure sur l’endométriose, pathologie... Commenter

A découvrir