Prevenar, Gardasil, Cervarix : vous pouvez rassurer vos patients !
Brève

Prevenar, Gardasil, Cervarix : vous pouvez rassurer vos patients !

24.02.2011

La tolérance de Prevenar, Cervarix et Gardasil est bonne, selon les résultats des études de surveillance de ces vaccins. Leur bénéfice n’est donc pas remis en cause. Cette information tout juste publiée par l’Afssaps va permettre de rassurer certains patients qui ont préféré ne pas se faire vacciner – ou faire vacciner leurs enfants – lorsqu’ils ont appris que ces trois spécialités faisaient partie de la liste des 77 médicaments mis sous surveillance par l’Afssaps. En regard de ces résultats favorables, « les actions de vaccination et prévention peuvent donc être poursuivies en toute sécurité, conformément aux recommandations du calendrier vaccinal en vigueur, et dans le respect des indications et contre indications » indique l’Afssaps.

L’agence du médicament française rappelle que ces spécialités ont été mises sous surveillance à titre préventif, étant donné qu’il s’agissait de nouveaux principes actifs. Les vaccins indiqués contre les infections à papillomavirus humains -Gardasil et le Cervarix- ont été mis sur le marché en 2006 et 2007. Quatre ans après leur commercialisation, il n’y a pas d’éléments remettant en cause leur bénéfice / risque et la recommandation de vacciner à partir de 14 ans. En effet, les résultats d’une étude menée chez près de 6 millions de jeunes filles exposées ou non à la vaccination, ne montrent pas d’augmentation du risque de maladies auto-immunes associée à la vaccination anti-HPV, après deux ans de suivi. Cette étude est réalisée par l’Afssaps, en partenariat avec la Cnamts.

A ce jour, près de 4 millions de doses de Gardasil ont été délivrées et environ 106 000 doses pour Cervarix.De son côté, le vaccin Prevenar 13 valences a remplacé le vaccin Prevenar à 7 valences. Ce vaccin contre le pneumocoque a été mis sur le marché en juin 2010. De la même façon, comme il s’agit d’un nouveau vaccin, l’Afssaps a souhaité assurer par précaution un suivi renforcé. Six mois après la mise sur le marché et 1,4 millions de doses distribuées à ce jour, aucune préoccupation n’a émergé.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Recertification

Reagjir dit oui à la recertification avec une visite obligatoire chez un médecin du travail

Le ministère de la Santé souhaite instaurer une recertification périodique des compétences des médecins. Un groupe de travail piloté par l'ex-doyen de Paris VI, le Pr Serge Uzan, doit remettre...12

Lyme : une erreur diagnostique dans plus de 80% des cas, d'après une étude française

Lyme

Une étude faite auprès de 301 patients ayant consulté entre janvier 2014 et décembre 2017 pour une suspicion de maladie de Lyme, a été... 1

La moitié des médecins pensent que l'IA et les robots feront partie de leur quotidien en 2030

Robot

Comment les médecins envisagent-ils leur pratique dans 10, 20, 30 ans ?  La MACSF s'est intéressée à l'impact des nouvelles technologies... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir