Nouvelle suspicion sur le lien rapports buccogénitaux-cancers buccaux
Brève

Nouvelle suspicion sur le lien rapports buccogénitaux-cancers buccaux

21.02.2011

Faudra-t-il vacciner aussi les garçons contre le papillomavirus ? Le Dr Maura Gillison n’est pas loin de répondre par l’affirmative. Cette professeur de médecine à l'Université d'Ohio (nord) a présenté ce week-end à Washington à l'Assemblée annuelle de l'Association américaine pour la promotion de la science (AAAS) une communication qui montre que le fait d'avoir des rapports buccogénitaux avec plus de six partenaires dans sa vie multiplie le risque d’avoir un cancer de la bouche ou de la gorge par huit au moins. L’universitaire américaine suggère (comme l’avaient fait avant elle en octobre dernier des chercheurs suédois) que certains papillomavirus (HPV) seraient en cause. Les personnes infectées par ces virus, notamment la souche HPV-16, «ont un risque de cancer oropharyngé 32 fois supérieur à celui du reste de la population, ce qui est nettement supérieur au danger représenté par le tabac,» a expliqué ce médecin, qui travaille sur cette question depuis une quinzaine d'années. En outre, la progression la plus rapide a été constatée chez les jeunes hommes blancs, a noté le Dr Gillison.

Au total, les cancers de la cavité buccale et de la gorge ont progressé aux Etats-Unis de 225% de 1974 à 2007 dont une grande partie chez des personnes pratiquant fellation ou cunnilingus. Le médecin a cependant relevé qu'il s'agissait d'études observationnelles qui doivent encore être confirmées par d'autres recherches statistiques. Pour la prévention, elle recommande une vaccination, également pour les hommes, qui protège contre quatre souches de papillomavirus, mais elle reste prudente: «nous n'avons pas les données pour pouvoir affirmer qu'une vaccination peut empêcher l'infection par ces virus» a t-elle prévenu, concluant que le risque absolu de développer un cancer bucco-pharyngé demeurait faible. Les caresses bucco-sexuelles sont la pratique la plus courante parmi les adolescents aux Etats-Unis, a de son côté indiqué le Dr Bonnie Halpern-Felsher, professeur de médecine pédiatrique à l'Université de Californie à San Francisco (ouest), auteur d'une recherche sur ce sujet. «Cette recherche montre clairement que les jeunes voient la fellation comme moins risquée que l'acte sexuel conventionnel.»

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les médecins s'inquiètent que les pharmaciens soient autorisés à prescrire des médicaments

Les pharmaciens d'officine seront-ils bientôt habilités à délivrer certains médicaments à la place du généraliste ? L'examen du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) se...29

Non la médecine libérale n'est pas morte : la Carmf réplique à Jean-Paul Delevoye

.

La Caisse autonome de retraite des médecins français (Carmf) n'a pas apprécié d'entendre Jean Paul Delevoye, Haut-Commissaire à la réforme... 4

La nomination au Conseil d'Etat du Pr Yves Lévy, époux d'Agnès Buzyn, fait polémique

.

Le Pr Yves Lévy, époux de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, vient de quitter officiellement la présidence de l'Inserm. Le 12 octobre, il... 2

Pédiatrie L'ENFANT ET LES ÉCRANS Abonné

Enfant ecran

Les médecins ont un rôle important de conseil auprès des parents quant à l'utilisation et à la vigilance face aux éventuels effets négatifs... Commenter

Thérapeutique PRESCRIRE OU NON DES STATINES CHEZ LE SUJET ÂGÉ Abonné

personne age

Ce travail espagnol publié dans le BMJ soulève un problème quotidien de l’initiation d’une statine chez un sujet âgé en prévention... Commenter

A découvrir