Et vous, êtes-vous « ami » avec vos patients sur Facebook ?
Brève

Et vous, êtes-vous « ami » avec vos patients sur Facebook ?

28.12.2010

Les internes en médecine et chefs de clinique sont nombreux à avoir un profil sur Facebook, selon une enquête réalisée par des médecins français qui craignent que cette tendance puisse compromettre la relation médecin-patient. L'équipe du Dr Ghassan Moubarak, cardiologue à l'Hôpital Saint-Joseph à Paris a envoyé en octobre 2009 un questionnaire par courrier électronique aux 405 internes et chefs de clinique du CHU de Rouen. Sur les 202 qui ont répondu, près des trois-quarts (73 %) ont déclaré avoir un profil Facebook, selon les résultats de cette enquête mis en ligne jeudi par la revue spécialisée Journal of Medical Ethics. « Les plus jeunes étaient inscrits plus fréquemment » a précisé à l'AFP le Dr Moubarak. Parmi les utilisateurs de Facebook, 99 % avaient indiqué leur véritable nom, 97 % leur date de naissance et 91 % avaient mis une photographie. Autrement dit suffisamment d'informations personnelles pour être identifiables par leurs patients. « Une grande majorité d'entre eux étaient pour la confidentialité et la protection des données, mais en pratique très peu connaissaient les paramètres de sécurité par défaut de Facebook et très peu les avaient vraiment modifiés » a indiqué le Dr Moubarak. « C'est illusoire, voire stupide de dire qu'un médecin par principe ne doit pas être sur Facebook » a-t-il estimé, tout en recommandant « de choisir avec parcimonie ses amis » et de paramétrer son profil pour qu'il ne soit pas accessible à tous. Dans l'enquête réalisée à Rouen, la plupart des utilisateurs de Facebook (85 %) ont déclaré qu'ils refuseraient systématiquement les demandes de patients pour devenir leur ami, mais 15 % ont répondu qu'ils décideraient au cas par cas. Le Dr Moubarak, qui a lui-même un profil (fermé) sur Facebook, recommande de « ne pas accepter un patient comme ami », estimant que « ça perturbe vraiment la relation avec le médecin ».

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Centre de régulation

Affaire Musenga : « les réponses non adaptées » du SAMU ont entraîné un retard de prise en charge de 2 h 20, pointe l'IGAS

L'Inspection générale des affaires sociales (IGAS) a remis vendredi à la ministre de la Santé les résultats de sa mission d'enquête sur l'affaire Naomi Musenga, jeune femme de 22 ans décédée en...Commenter

Le renouvellement d'ordonnance, premier motif de consultation chez le généraliste

Ordonnance

Alors que les médecins font face à une demande de rendez-vous toujours plus importante et que les pouvoirs publics réfléchissent à... Commenter

HAS : des recos sans consensus sur la maladie de Lyme

Tiques

Très attendues, les nouvelles recos de la HAS sur la maladie de Lyme devaient permettre de mieux baliser la prise en charge et le parcours... 1

Dermatologie PEAU, SOLEIL ET CHALEUR Abonné

Photodermatose

Prédisposition aux cancers, vieillissement cutané et ophtalmique, boutons de chaleur, lucite, aggravation d’une acné… la peau justifie... Commenter

Dermatologie GALE : IVERMECTINE OU PERMÉTHRINE ? Abonné

Gale

Une récente revue Cochrane (1) a évalué l’efficacité et la sécurité de la perméthrine topique et de l’ivermectine topique ou systémique... 2

A découvrir