Le lycopène de la tomate préviendrait l’obésité
Brève

Le lycopène de la tomate préviendrait l’obésité

14.12.2010

Le lycopène, pigment qui donne à la tomate sa couleur rouge, peut jouer un rôle dans la prévention de pathologies liées à l'obésité, comme le diabète de type 2, selon des chercheurs de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) de Marseille. Le lycopène, un caroténoïde rouge présent dans la tomate et de nombreux autres fruits (pastèque, pamplemousse, papaye, goyave, etc.), possède des propriétés anti-oxydantes et anti-inflammatoires avérées, a rappelé lundi Jean-François Landrier en présentant ses travaux à la presse. Mais plus récemment, des études ont aussi montré que des rations alimentaires riches en lycopène étaient associées à un tour de taille plus petit et à une masse corporelle grasse plus faible, laissant penser que cette substance naturelle a un impact sur le fonctionnement du tissu adipeux. Afin de vérifier cette hypothèse, l’équipe de l'Inra de Marseille ont soumis des souris à un régime riche en graisse, puis prélevé des échantillons de tissu adipeux. Ils ont ensuite étudié en laboratoire comment ces échantillons réagissaient en présence de lycopène, à des concentrations équivalentes à celles présentes chez un humain ayant une alimentation variée et équilibrée. Le lycopène, soluble dans la graisse et essentiellement stocké par l'organisme dans le tissu adipeux, «a bien un effet anti-inflammatoire sur le tissu adipeux en général, et en particulier sur les adipocytes», les cellules spécialisées dans le stockage de la graisse, indique Jean-François Landrier. Il contribue notamment à réduire la production de certaines protéines (cytokines et chimiokines) secrétées par la graisse et qui jouent un rôle dans l'inflammation.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Moins chers, mais source d'inégalités : un bilan mitigé des réseaux des soins

Les assureurs complémentaires rêvent toujours de pouvoir contracter avec les médecins. Une enquête menée par l'IGAS montre que plus des trois quarts des mutuelles, institution de prévoyance ou...Commenter

Bactéries résistantes : pas assez de traitements innovants en développement, selon l'OMS

.

Face à la menace croissante des bactéries résistantes la production de nouveaux antibiotiques n'est pas à la hauteur, selon l'OMS. Dans un... 2

Dépassements : la Cour des comptes casse le CAS

.

Leurs effets seraient "limités et très coûteux". Dans son rapport 2017 sur le financement de la Sécu, la Cour des comptes n'y va pas de... 1

Dermatologie LE PSEUDO-XANTHOME ELASTIQUE Abonné

pseudo-xanthome

Certaines pathologies héréditaires induisent une altération du tissu élastique. Compte tenu des conséquences au niveau de différents... Commenter

Médecine du sport LE CERTIFICAT DE NON CONTRE-INDICATION AU SPORT EN 2017 Abonné

certificat sportif

Jusqu’à présent, l’obtention d’une licence sportive était conditionnée par la rédaction d’un certificat médical annuel de non... Commenter

A découvrir