La CNAMTS enquête sur l’activité des généralistes
Brève

La CNAMTS enquête sur l’activité des généralistes

10.11.2010

Dans la perspective de la mise en place d’une CCAM clinique, dans un avenir plus ou moins lointain, la CNAMTS a lancé une enquête auprès des généralistes via un institut de sondage pour mieux connaître le contenu de leurs consultations. Les sondés sont tirés au sort. Il leur sera demandé de remplir un questionnaire sur papier. « Toute cette paperasserie garantissant naturellement l'anonymat ce qui peut susciter quelques doutes dans la mesure où dans la même enveloppe figure le CV complet du déclarant » s’interroge Jean-Paul Hamon, co-président d’Union Généraliste qui dénonce aussi le fait qu’aucune rémunération ne soit proposée au médecin pour ce travail.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez Commenter

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Contraception

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1 points entre 2013 et 2016. Cette désaffection pour la pilule...Commenter

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... Commenter

Campagne de l'industrie du médicament pour valoriser l'innovation

.

« La force d’innovation des entreprises du médicament est largement méconnue du grand public." C'est bien conscient de cette lacune, perçu... Commenter

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir