Le CHU de Nancy jugé mercredi, onze ans après la mort d'une patiente
Brève

Le CHU de Nancy jugé mercredi, onze ans après la mort d'une patiente

08.11.2010

Onze ans après la mort d'une patiente, le CHU de Nancy sera jugé mercredi devant le tribunal correctionnel de la ville en tant que personne morale pour non-assistance à personne en péril, ultime étape d'un marathon judiciaire mené par la famille de la victime. En juillet 1999, Josiane Leclerc, âgée de 38 ans et mère de trois enfants, avait succombé à une infection nosocomiale contractée à l’hôpital nancéien, cinq jours après une opération d'une tumeur bénigne dans le dos. Sa famille avait d'abord déposé une requête en indemnisation devant le tribunal administratif, qui a ordonné une expertise, rendue en 2001. « L'expertise démontrait qu’il y avait eu des dysfonctionnements, notamment une mauvaise appréciation de la gravité de la situation manifestement sous-estimée: nous avons donc déposé une première plainte au pénal, auprès du procureur, mais il l’a classée sans suite »a expliqué l'avocate de la famille. Une seconde plainte avec constitution de partie civile a été déposée devant un juge d’instruction pour homicide involontaire. Deux rapports demandés par le magistrat instructeur ont alors pointé « des retards dans le diagnostic et dans la prise en charge des absences de transmissions de consignes » selon l'avocate. Mais, en 2005, le chirurgien mis en cause a bénéficié d'un non-lieu. La chambre de l'instruction de Nancy, saisie en appel, a alors requalifié les faits en non-assistance à personne en péril, confirmant la mise en examen du chirurgien sur ce chef d'accusation, de même que deux autres médecins. Puis, après avoir ordonné une troisième expertise, la chambre de l'instruction a finalement décidé en 2009 de rendre un non-lieu en faveur des trois médecins, estimant qu'il y a eu « un dysfonctionnement de l’ensemble de la structure médicale ». Elle a cependant mis en examen le CHU, en tant que personne morale, et a décidé de le renvoyer devant le tribunal correctionnel.Le procès doit durer une journée. Le CHU encourt une peine de 375.000 euros d'amende.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Désert médical

Plan santé : un « rendez-vous manqué » contre les déserts, selon les maires des petites villes

Le plan santé annoncé mardi par Emmanuel Macron a divisé les médecins. Les 54 mesures de cette refonte du système de santé rendent pour le moins sceptiques les élus des petites villes. « Cette...5

Les jeunes médecins saluent la fin du numerus clausus et des ECNi, trop théoriques

QCM

Le volet formation du Plan Ma santé 2022, présenté par Agnès Buzyn et la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal ce mardi,... 1

4 000 assistants médicaux, exercice mixte à l'hôpital, fin du numerus clausus Les principales mesures du plan santé d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron

Le plan santé dévoilé mardi par le chef de l'État comprend 54 mesures visant à réformer en profondeur le système de soins pendant le... 8

Pédagogie STRATÉGIES COGNITIVES ET ERREURS DIAGNOSTIQUES Abonné

Ampoule cassee

Comment les médecins font-ils pour poser des diagnostics et pourquoi se trompent-ils parfois ? Face à un patient, les praticiens génèrent... Commenter

Toxicologie  L’INTOXICATION AU PARACÉTAMOL Abonné

Paracetamol

Hautement hépatotoxique aux doses suprathérapeutiques, le paracétamol est à l’origine de l’une des intoxications les plus fréquentes.... Commenter

A découvrir