Dépistage organisé du cancer du sein : prise en charge 62 jours plus tard
Brève

Dépistage organisé du cancer du sein : prise en charge 62 jours plus tard

03.11.2010

Le délai moyen de prise en charge des cancers du sein détectés dans le cadre du programme de dépistage organisé est de 62 jours. Ce qui est très proche de l'objectif européen de 60 jours a-t-on appris mercredi à l’occasion de la présentation d’une étude pour l’ouverture des 32e Journées de la Société française de sénologie et de pathologie mammaire à Strasbourg. Mais dans le détail, le délai moyen entre la mammographie et le premier traitement chirurgical est de 62 jours pour les cancers détectés en première lecture, après une mammographie classée ACR4 ou 5 (aspect suspect ou malin), soit 84 % des cancers détectés. Ce délai moyen est significativement plus long (150 jours) pour les cancers détectés après 2e lecture (8 % des cancers). Les auteurs de l'étude remarquent cependant que sans cette seconde lecture, ces cancers auraient été diagnostiqués plus tardivement. Le délai est également allongé (240 jours) pour les tumeurs détectées après une mise sous surveillance, c’est-à-dire après une mammographie classée ACR3 (aspect probablement bénin). Les auteurs de l'étude soulignent que le délai est plus court de quelques jours dans les départements ayant un ou plusieurs centres spécialisés dans la prise en charge du cancer du sein.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Strasbourg

À Strasbourg, des généralistes réunis pour une formation, confinés pendant la fusillade

Les médecins du syndicat Agjir, antenne locale alsacienne de ReAGJIR, le regroupement autonome des généralistes jeunes installés et remplaçants, réunis mercredi soir à Strasbourg, devaient vivre...Commenter

Dépistage des cancers cutanés : le seul examen visuel ne suffit pas

Mélanome malin

À l’heure où s’ouvre à Paris le congrès annuel de la société française de dermatologie, cette revue Cochrane tombe à pic. Selon la conclusio... Commenter

Après l'enquête ‘Implant Files’, les industriels répondent

Radiographie du thorax d'un homme atteint de cardiomégalie montrant un pacemaker ou stimulateur cardiaque

Suite à l’enquête journalistique internationale « Implant Files » dénonçant les défauts d’évaluation, de surveillance et de traçabilité des... 1

Cardiologie LES ANTICOAGULANTS ORAUX DIRECTS DANS LA PRATIQUE QUOTIDIENNE Abonné

.

Les anticoagulants oraux directs (AOD) sont de plus en plus prescrits en France et dans le monde entier. Leurs indications majeures sont la... Commenter

BPCO UNE "BRONCHITE" DU FUMEUR Abonné

Cigarette

Souvent jugées bénignes par le patient, les exacerbations aiguës de BPCO comportent un risque vital. Le généraliste se doit de les... Commenter

A découvrir