Les médecins généralistes, de plus en plus tentés par l’installation en groupe
Brève

Les médecins généralistes, de plus en plus tentés par l’installation en groupe

29.09.2010

Les médecins généralistes exercent de plus en plus en groupe. Selon une étude de l’IRDES* rendue publique mardi 28 septembre, 54% d’entre eux exerçaient en effet en association en 2009 contre seulement 43% en 1998, soit une augmentation de 11 points en une dizaine d’années. Si les généralistes s’installent de plus en plus en groupe, c’est essentiellement du fait des nouvelles générations qui s’installent. Huit praticiens de moins de 40 ans sur dix sont installés dans des structures d’exercice collectif, alors que dans la même tranche dix ans auparavant, il n’était qu’un peu plus d’un sur deux (52%) à faire ce choix. En bonne logique, les femmes sont donc plus nombreuses que les hommes à exercer ainsi, tout simplement parce que leur moyenne d’âge est inférieure. Plus surprenant en revanche: c’est dans l’Ouest et dans les aglomérations de plus de 2000 habitants que la propension à travailler en association est la plus élevée.

On se regroupe de plus en plus en France, mais sans pour autant créer des méga-cabinets. Selon l’Irdes, près de la moitié des groupes ne comptent que deux médecins, et à peine 10% dépassent les quatre. Cela dit, il semble que plus on est jeune et moins l’intégration d’une grosse structure effraie. A noter également : sur l’ensemble des généralistes exerçant en groupe, un quart travaille dans un cabinet pluriprofessionnel comprenbant donc au moins un paramédical. Enfin, dernier constat de cette étude : l’organisation du travail est différente de celle observée en solo. Schématiquement, on travaillerait moins de jours par semaine en groupe, mais la journée de travail -comptabilisée en actes- y serait plus dense aussi.

*«La dynamique de regroupement des médecins généralistes libéraux de 1998 à 2009.» Institut de recherche et de documentation en économie de la santé. Septembre 2010
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Hypothyroïdie

Hypothyroïdie : la recette en 10 points de la HAS pour être pertinent

La HAS vient de publier un document rappelant les dix points clefs d'une prise en charge pertinente des patients atteints d'hypothyroïdie. ...1

Prise en charge de l'homéopathie : la HAS peut officiellement lancer son évaluation

Granules

Chargée l'été dernier par le ministère de la Santé de se prononcer sur le « bien-fondé des conditions de prise en charge et du... 1

Implants pelviens : l'Ansm renforce la surveillance et les contrôles

Pelvis

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ne lâche pas l'affaire ! Elle vient d'informer qu'elle... Commenter

Gastro-entérologie LE SYNDROME DE CHILAÏDITI Abonné

Cliché 1

Le signe et le syndrome de Chilaïditi sont des entités rares et secondaires à une interposition colique entre le foie et le diaphragme... Commenter

Gynécologie L'ENDOMÉTRIOSE Abonné

Endométriose

Retards diagnostiques, mauvaise coordination dans la prise en charge : une grande marge de progrès demeure sur l’endométriose, pathologie... Commenter

A découvrir