La majorité des maladies professionnelles sont des TMS
Brève

La majorité des maladies professionnelles sont des TMS

09.09.2010

Quelque 44 000 cas de maladies professionnelles ont été reconnues en France en 2007 parmi les salariés affiliés au régime général de la sécurité sociale, dont une large majorité (78%) étaient des troubles musculo-squelettiques (TMS), selon une étude du ministère du Travail. Les maladies provoquées par l'amiante représentent 15% des cas reconnus en 2007, mais constituent la majorité des cas de cancers professionnels reconnus (neuf cancers sur 10, soit 6.300 cas en 2007), précise l'étude Dares. Au total, quatre pour cent des maladies professionnelles sont des cancers. Toutes catégories professionnelles confondues, les femmes sont plus exposées aux TMS (16,4 TMS reconnues pour 10 millions d'heures de travail, contre 13,5 pour les hommes), mais ces derniers souffrent de maladies professionnelles souvent plus graves, note l'étude. En particulier, 97% des cancers professionnels concernent des hommes. De même, le volume total des séquelles permanentes (mesurées par le taux d'incapacité partielle permanente) est deux fois et demie plus important chez les hommes que chez les femmes. Parmi les catégories socio-professionnelles, les ouvriers sont les plus exposés aux TMS (24,8 pour 10 millions d'heures travaillées, contre 9,7 pour les employés, et 0,5 pour les cadres et chefs d'entreprises), et notamment les femmes (65,6). Par activité, ce sont les salariés des abattoirs qui sont les plus vulnérables aux TMS, avec 136 TMS reconnus pour 10 millions d'heures travaillées en 2007, contre une moyenne de 11 pour l'ensemble des secteurs d'activité. Plus généralement, les activités industrielles de fabrication des biens de consommation ou d'équipement, qui se traduisent souvent par du travail à la chaîne sont propices aux TMS. Ainsi, on trouve beaucoup de ces pathologies dans les industries agricoles et alimentaires, la production de vêtements, les industries des équipements du foyer, mais également dans les activités de reliure et la fabrication de bicyclettes et de bateaux de plaisance. Certaines activités de services sont également touchées, comme la blanchisserie, la teinturerie et la coiffure. De même, certaines activités qui nécessitent des positions physiques exigeantes et pénibles exposent les salariés aux TMS, comme le secteur de la construction, qui concentre à lui seul 70% des cas de TMS des membres inférieurs.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Frédéric Valletoux

« 43 % des passages aux urgences pourraient être pris en charge par la médecine de ville », rappelle la FHF

Le rapport du député LREM Thomas Mesnier sur les soins non programmés a divisé les médecins libéraux. Ceux-ci ont en majorité peu apprécié les propositions du parlementaire qui souhaite les mettre...3

Sur les risques du baclofène à hautes doses, le Conseil d'Etat approuve la décision de l'ANSM

Conseil d'État

Suite à la décision de l'Anasm de diminuer la dose maximale du baclofène dans le traitement de l'alcoolo-dépendance dans le cadre de la... 1

Auditionné par l'Ordre pour sa pétition antivaccin, le Pr Joyeux bientôt fixé sur sa radiation

Pr Henri Joyeux

Près de deux ans après sa radiation par l’Ordre, le Pr Henri Joyeux saura bientôt si sa sanction est confirmée. En 2015, le cancérologue... 1

Cardiologie connectée L'HTA "3.0" Abonné

Automesure

Si l'efficacité de l'automesure tensionnelle ne fait plus de doute pour le diagnostic d'HTA et son suivi, quels bénéfices apporte la... Commenter

ORL LA SINUSITE D'ORIGINE DENTAIRE Abonné

0

C'est l'analyse sémiologique fine d'une cacosmie nauséabonde d'une rhinorrhée unilatérale sans fièvre qui fait évoquer la rupture d'un... 1

A découvrir