Co-infection sida-tuberculose: traiter plus précocément le VIH
Brève

Co-infection sida-tuberculose: traiter plus précocément le VIH

27.07.2010

Commencer très vite le traitement anti-sida chez les personnes sous traitement anti-tuberculeux pourrait réduire la mortalité de 34% et éviter 150.000 décès par an, selon une étude présentée la semaine dernière à Vienne, à l'occasion de la Conférence internationale sur le sida. La tuberculose est la co-infection la plus fréquente chez les personnes vivant avec le VIH. En 2008, selon les derniers chiffres disponibles 1,37 million de personnes étaient atteintes de cette double infection qui a fait 456.000 morts. Les deux traitements peuvent agir de paire et aucune étude n'avait encore établi quand il convenait de commencer le traitement anti-VIH. L'essai a depuis été conduit au Cambodge, à l'initiative de l'Agence française de recherches sur le sida (ANRS) et du NIH (National institute of health) américain. Les 661 patients du test sur 26 mois, atteints de tuberculose (TB) et sévèrement infectés par le VIH, ont été divisés en deux groupes. L'un a reçu un traitement anti-VIH huit semaines après le début du traitement anti-tuberculinique, l'autre a été mis sous traitement anti-VIH deux semaines après le début du traitement anti-TB. Cinquante-neuf personnes sont mortes dans le groupe mis rapidement sous traitement anti-VIH, et 90 dans l'autre, soit un différentiel de 34%. L'organisation mondiale de la santé, dans ses dernières directives publiées mardi, recommande de traiter le patient co-infecté TB/VIH "le plus tôt possible" dans les huit semaines. En parallèle, l'Onusida et l'agence "Stop TB" ont signé un protocole d'entente pour une campagne visant à éviter 200.000 morts par an découlant de cette co-infection.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Recertification

Reagjir dit oui à la recertification avec une visite obligatoire chez un médecin du travail

Le ministère de la Santé souhaite instaurer une recertification périodique des compétences des médecins. Un groupe de travail piloté par l'ex-doyen de Paris VI, le Pr Serge Uzan, doit remettre...12

Lyme : une erreur diagnostique dans plus de 80% des cas, d'après une étude française

Lyme

Une étude faite auprès de 301 patients ayant consulté entre janvier 2014 et décembre 2017 pour une suspicion de maladie de Lyme, a été... 1

La moitié des médecins pensent que l'IA et les robots feront partie de leur quotidien en 2030

Robot

Comment les médecins envisagent-ils leur pratique dans 10, 20, 30 ans ?  La MACSF s'est intéressée à l'impact des nouvelles technologies... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir