Plus de 30 millions sur trois ans pour promouvoir la santé au travail
Brève

Plus de 30 millions sur trois ans pour promouvoir la santé au travail

24.07.2010

L'Etat a prévu d'investir 30 millions d'euros par an entre 2010 et 2013 pour améliorer la santé au travail via un plan pluriannuel. Ce deuxième plan Santé au travail a pris le relais, le 12 juillet dernier, du plan 2005-2009. Ces 30 millions d'euros annuels regroupent les subventions versées à l'Anses (agence de sécurité sanitaire), à l'Anact (conditions de travail) et des crédits aux services de l’administration du travail. "Des progrès indéniables ont été accomplis en matière de santé et de sécurité au travail au cours de ces dix dernières années" mais "il ne faut pas relâcher notre effort", indique le ministère du Travail en préambule du plan. Le nombre d'accidents du travail stagne "à un niveau trop élevé d’environ 700.000 par an" et les maladies professionnelles sont en augmentation constante (plus de 45.000 en 2008). Le ministre du Travail Eric Woerth avait indiqué en mai dernier qu'il souhaitait stabiliser le nombre de maladies professionnelles d'ici 2014 et réduire de 25% le nombre d'accidents du travail dès 2012. Ce devrait être un des buts de ce plan qui entend notamment "développer les actions de prévention des risques professionnels". Outre le risque chimique (pouvant provoquer des cancers), les troubles musculo-squelettiques (qui représentaient plus de 80% des maladies professionnelles en 2008) et les risques émergents (nanotechnologies et risques biologiques), sont visés les risques psycho-sociaux. Par ailleurs, le gouvernement veut inciter à des négociations sur le stress dans les entreprises de moins de 1.000 salariés et dans le secteur public. Il veut aussi renforcer l'accompagnement des entreprises, notamment celles de moins de 50 salariés. Selon le ministère du Travail, le plan s'appuiera "sur la réforme des services de santé au travail pour rénover le pilotage de la santé au travail". Cette réforme fera l’objet d’un projet de loi déposé au Parlement cette année.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Frédéric Valletoux

« 43 % des passages aux urgences pourraient être pris en charge par la médecine de ville », rappelle la FHF

Le rapport du député LREM Thomas Mesnier sur les soins non programmés a divisé les médecins libéraux. Ceux-ci ont en majorité peu apprécié les propositions du parlementaire qui souhaite les mettre...3

Sur les risques du baclofène à hautes doses, le Conseil d'Etat approuve la décision de l'ANSM

Conseil d'État

Suite à la décision de l'Anasm de diminuer la dose maximale du baclofène dans le traitement de l'alcoolo-dépendance dans le cadre de la... 1

Auditionné par l'Ordre pour sa pétition antivaccin, le Pr Joyeux bientôt fixé sur sa radiation

Pr Henri Joyeux

Près de deux ans après sa radiation par l’Ordre, le Pr Henri Joyeux saura bientôt si sa sanction est confirmée. En 2015, le cancérologue... 1

Cardiologie connectée L'HTA "3.0" Abonné

Automesure

Si l'efficacité de l'automesure tensionnelle ne fait plus de doute pour le diagnostic d'HTA et son suivi, quels bénéfices apporte la... Commenter

ORL LA SINUSITE D'ORIGINE DENTAIRE Abonné

0

C'est l'analyse sémiologique fine d'une cacosmie nauséabonde d'une rhinorrhée unilatérale sans fièvre qui fait évoquer la rupture d'un... 1

A découvrir