27% des généralistes ont déjà pensé au suicide et 1% a failli passer à l’acte
Brève

27% des généralistes ont déjà pensé au suicide et 1% a failli passer à l’acte

30.06.2010

L’état de santé psychique des médecins généralistes est-il inquiétant ? Oui, répond l’URML de Bourgogne, qui a été la première à livrer mardi 29 juin les résultats d’une enquête de la Drees (ministère de la Santé) menée à partir de panels de médecins réunis par cinq URML différentes. Pour lancer son signal d’alarme, l’URML Bourgogne révêle que 21% des panelistes «se sentent nerveux» et que globalement 27% des généralistes de l’étude ont «déjà pensé au suicide au moins une fois dans leur vie.» Un chiffre a priori énorme, mais qui mériterait sans doute d’être confronté aux réponses à la même question en population générale. Pour sa part, le Dr Catherine Aubry insiste sur la situation préoccupante de ses confrères de Bourgogne à cet égard : 28% de praticiens «nerveux» et 34% qui ont «pensé» au suicide.

Dans cette affaire, la présidente de la section généraliste de l’Union Bourgogne a «grillé» tout le monde en communiquant la première les résultats nationaux et bourguignons de cette enquête. Les services statistiques du ministère de la Santé se sont ensuite empressés de mettre en ligne l’étude. Mais celle-ci ne contient pas l’intégralité des résultats. Et les deux items précédemment cités par l’URML Bourgogne (pensées suicidaires et nervosité) sont curieusement absents du document de la Drees sobrement intitulé «Santé physique et psychique des médecins généralistes.» Les statisticiens du ministère préfèrent citer le taux de généralistes ayant eu des «projets» de suicides. Il est plutôt bas: en moyenne 1%, avec un maximum de 4% en Basse-Normandie et un minimum de 1% en Paca, Pays-de-Loire et Bourgogne.

Difficile décidemment d’évaluer un phénomène douloureux, remis sous les feux de l’actualité dernièrement. Reste un chiffre sur lequel la Drees comme l’URML Bourgogne s’accordent et qui, en soi, a de quoi inquiéter : en moyenne, 12% des généralistes des cinq régions s’estiment en «détresse psychologique». Un taux suffisamment élevé pour alerter pouvoirs publics et responsables de la profession.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Visite à domicile

À Niort, quatre médecins lancent un service de visite à domicile

À Niort (Deux-Sèvres), deux médecins en activité et deux jeunes confrères sur le point de présenter leur thèse, ont lancé lundi 21 janvier l'association « SOS Niort 79 », pour répondre aux demandes...6

L'aspirine en prévention primaire : le Jama pointe les risques de saignements majeurs

Aspirine

Un nouveau travail, publié par le Jama, montre qu'en prévention primaire, les bénéfices cardiovasculaires de l'aspirine sont contrebalancés... Commenter

La téléconsultation permet aux patients chroniques de voir plus souvent leur médecin traitant selon une étude

.

La téléconsultation dans le cadre du parcours de soins est remboursée depuis le 15 septembre dernier mais cette pratique est encore à la... 1

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir