Cancer de la prostate: l’AFU pilonne la HAS
Brève

Cancer de la prostate: l’AFU pilonne la HAS

26.06.2010

"La HAS a un train de retard (...) L’argent des contribuables est dans des mains consciencieuses mais bien laborieuses". Jamais sans doute l’institution que préside le Pr Laurent Degos n’aura fait l’objet de critiques aussi virulentes. L’Association française d’urologie n’a pas du tout apprécié l’avis rendu en début de semaine par la HAS, dans lequel cette dernière confirme ses recommandations d’il y a dix ans concernant le dépistage du cancer de la prostate et estime (voir notre Alerte Info du 22 juin) qu’il n’y a pas lieu de mettre en œuvre un dépistage de masse du cancer de la prostate via le dosage du PSA.

Les urologues Français qui plaident pour une solution opposée considèrent que l’étude américaine PLCO sur laquelle s’est appuyée la HAS "est enterrée depuis longtemps aux Etats-Unis et il n’y a que des épidémiologistes français pour l’exhumer." Quant à l’autre étude, l’étude européenne (ERSPC ), elle a, rappellent-ils, "actualisé ses résultats : ils montrent que l’on est maintenant deux fois plus performant dans le diagnostic du cancer de la prostate que dans celui du cancer du sein, et que la baisse de la mortalité grâce au dépistage, largement démontrée, va s’amplifier avec les années."

Appelant, les médecins généralistes à la rescousse, l’Association Française d’Urologie rappelle que "grâce à sa stratégie de dépistage et au travail réalisé par les médecins généralistes, le taux de mortalité lié au cancer de la prostate a été réduit de plus de 30% en France comme dans les principaux pays développés." Mais, elle plaide pour que l’on passe désormais à un dépistage organisé, car "le principe du dépistage individuel conduit à des inégalités sociales importantes qui pénalisent les individus ayant un accès difficile à l’information et entraîne des variations importantes des taux de mortalité à l’intérieur même de notre population." La proposition se double d’un avertissement de la part des urologues, qui préviennent: "ceux qui décideraient de ne pas organiser le dépistage du cancer de la prostate pourraient être responsables de milliers de morts chaque année."

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Le budget de la Sécu pour 2019 dévoilé Fin du « NS » manuscrit, prévention chez l'ado, vaccination en pharmacie... ce qui change pour vous

Le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2019 était présenté ce mardi matin à Bercy par le ministre de l'Action et des comptes publics Gérald Darmanin et la ministre de la...2

Le CCNE dit oui à la PMA et aux diagnostics prénataux, mais non à une nouvelle loi sur la fin de vie

CCNE

« C’est un avis qui n’est pas consensuel mais dans lequel nous avons essayé de faire émerger un assentiment majoritaire. » Le Pr Jean-Franço... 3

Le trou de la Sécu sera comblé en 2019, assure le gouvernement

.

Le redressement des comptes sociaux se poursuit et devrait se traduire par un retour à l'équilibre de la Sécurité sociale en 2019. Une... 1

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir