L’Afssaps met en garde contre les produits de comblement des rides
Brève

L’Afssaps met en garde contre les produits de comblement des rides

11.05.2010

L'Afssaps a appelé mardi à la prudence dans l'utilisation des produits injectables destinés au comblement des rides, déconseillant les produits non résorbables. Les produits injectables de comblement des rides recourent en majorité aujourd'hui à l'acide hyaluronique. À la différence de la toxine botulique, utilisée également pour traiter les rides, ce ne sont pas des médicaments, mais des dispositifs médicaux : leur action anti-rides est mécanique. L'Afssaps a présenté mardi à la presse une classification de ces produits selon leur durée d'effet : résorbables lorsqu'ils s'éliminent naturellement entre 3 à 6 mois, lentement résorbables (entre 6 mois et un an), et non résorbables au-delà. « Moins les produits sont résorbables, plus le risque d'effets secondaires est important, a souligné Jean-Claude Ghislain, directeur de l'évaluation des dispositifs médicaux de l’Afssaps. Nous recommandons d'en rester aux produits résorbables ou lentement résorbables. Les produits non résorbables, peu utilisés, sont difficiles à maîtriser au fil du temps et franchement non recommandés aujourd'hui ». L'Afssaps souhaite également renforcer la vigilance vis-à-vis de ces produits. Elle recommande aux personnes qui y ont recours de bien conserver les données concernant les injections subies et met en garde contre le nomadisme qui conduit à se faire injecter des produits différents par des praticiens successifs.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Bernard Jomier

Bernard Jomier, un généraliste sur les bancs du Sénat

« Ce sera sans doute mon activité la plus compliquée à arrêter. » Bien que devenu sénateur en septembre dernier, Bernard Jomier voulait absolument continuer à exercer en tant que généraliste. Il a...Commenter

Les dossiers qui ont marqué l'année Santé des LGBT+ : de l'importance d'être un généraliste friendly

Gay pride

De nombreux patients LGBT+ (lesbiennes, gay, bisexuels et trans...), par peur de leur jugement, n’évoquent pas leurs orientations sexuelles... 2

Zoom en vidéo [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients

Zoom en vidéo - [VIDEO] L’importance de prendre en compte l’orientation sexuelle de ses patients-0

Pour la première fois en 2018, le Congrès de Médecine Générale consacrait une plénière à la spécificité du soin pour les personnes LGBTI... 3

Médecine des voyages SANTÉ DES VOYAGEURS 2018 Abonné

Voyage

Encéphalite japonaise, fièvre jaune, paludisme et mise à jour des vaccins courants sont au cœur de l'actualisation des recommandations aux... Commenter

Infectiologie MALADIE DE LYME : LES MANIFESTATIONS PRÉCOCES Abonné

Lyme

Dans le cadre du Plan national de lutte contre la maladie de Lyme de 2016, la HAS vient d’élaborer un protocole de diagnostic et de soins.... Commenter

A découvrir