Identification d’un gène de la calvitie
Brève

Identification d’un gène de la calvitie

14.04.2010

Des chercheurs ont identifié un nouveau gène impliqué dans la pousse des cheveux, une découverte qui pourrait ouvrir la voie à de futurs traitements de la calvitie masculine et d'autres formes de chute des cheveux, selon une étude publiée mercredi dans Nature. L'équipe conduite par Angela Christiano (université de Columbia, Etats-Unis) a identifié un gène appelé APCDD1 à l'origine d'une forme rare de chute des cheveux, l'hypotrichose simplex héréditaire. Cette maladie est provoquée par la miniaturisation du follicule pileux, un processus également observé dans la calvitie masculine. Pour l’instant, comme le reconnaissent les auteurs de l’étude, « si les deux phénomènes partagent le même processus physiologique, le gène découvert pour l'hypotrichose simplex n'explique pas la complexité de la calvitie masculine».

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dictionnaire

« Doctoresse » ? L’Académie française valide, « ridicule » selon l'Association des femmes médecins

Il sera bientôt officiellement possible de prendre rendez-vous chez une « doctoresse » ! L’Académie française s’apprête à reconnaître l'utilisation du féminin pour les noms de métiers, selon une...7

Le généraliste Michel Chassang quitte l’UNAPL après six ans de mandat

Michel Chassang

Après six ans de bons et loyaux services, le Dr Michel Chassang quitte la présidence de l’UNAPL (Union nationale des professions... 1

Good morning Doctor [Audio] Le patient douloureux anglophone

Union Jack

La douleur est l’un des premiers motifs de consultation en médecine générale. Plusieurs mots existent en anglais pour la désigner. Le... Commenter

Gynécologie LA VAGINOSE BACTÉRIENNE Abonné

Vagin

La vaginose bactérienne, comme une infection à Gardnerella vaginalis, est un problème pour le praticien du fait de ses récidives... Commenter

ORL L’OSTÉOME DU SINUS FRONTAL Abonné

fmc

Les ostéomes des sinus de la face sont localisés au niveau frontal le plus souvent. Cliniquement, ils sont souvent asymptomatiques. Le... Commenter

A découvrir