Le génome d’une famille américaine séquencé
Brève

Le génome d’une famille américaine séquencé

11.03.2010

C'est une première que viennent de réaliser des chercheurs de l'Institute for Systems Biology de Seattle (Etat de Washington, nord-ouest): pour la première fois, le génome de toute une famille a été séquencé. Cela a permis d'estimer le taux moyen auquel les parents transmettent des gènes mutants à leur progéniture. Avec une constatation inédite: le séquençage du génome d'un père, d'une mère et de leurs fils et fille montre que les parents transmettent deux fois moins de mutations génétiques à leurs enfants que ne le pensaient les généticiens, selon des travaux sans précédents publiés mercredi. En comparant les séquences d'ADN des parents à celles de leurs enfants, ces généticiens ont en effet estimé que chacun des deux parents lègue 30 mutations soit 60 au total, alors que les scientifiques estimaient jusqu'alors que chaque parent passait en moyenne 75 mutations génétiques à ses enfants. La plupart des mutations transmises par les parents n'ont aucune conséquence pour la santé de leurs enfants, selon les connaissances médicales actuelles, soulignent ces chercheurs.

Le séquençage a aussi permis de repérer précisément les endroits du chromosome où se produisent les échanges d'informations génétiques entre les parents pour créer de nouvelles caractéristiques génétiques chez leurs enfants. Cette recherche a ainsi permis de confirmer les mutations génétiques responsables de deux pathologies très rares, le syndrome de Miller, caractérisé par des malformations faciales et des membres, et la Dyskinésie Ciliaire primitive (DCP), un mauvais fonctionnement des cils vibratiles dans les narines, la trachée et les bronches qui piègent les particules de poussière en respirant. Les parents des deux enfants de l'étude n'avaient aucune anomalie génétique mais étaient chacun porteurs de gènes récessifs, dont l'action ne se manifeste que lorsqu'ils sont présents sur chacun des deux chromosomes homologues: les deux enfants sont en effet nés avec le syndrome de Miller et la DCP.

Cette étude paraît dans Science Express, l'édition en ligne de Science, daté du 11 mars.
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Recertification

Reagjir dit oui à la recertification avec une visite obligatoire chez un médecin du travail

Le ministère de la Santé souhaite instaurer une recertification périodique des compétences des médecins. Un groupe de travail piloté par l'ex-doyen de Paris VI, le Pr Serge Uzan, doit remettre...12

Lyme : une erreur diagnostique dans plus de 80% des cas, d'après une étude française

Lyme

Une étude faite auprès de 301 patients ayant consulté entre janvier 2014 et décembre 2017 pour une suspicion de maladie de Lyme, a été... 1

La moitié des médecins pensent que l'IA et les robots feront partie de leur quotidien en 2030

Robot

Comment les médecins envisagent-ils leur pratique dans 10, 20, 30 ans ?  La MACSF s'est intéressée à l'impact des nouvelles technologies... Commenter

Addiction LA PRISE EN CHARGE DE L’ARRÊT DU TABAC EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Cigarette ecrasee

Le taux de succès dans l'arrêt du tabac dépend de l'intensité du suivi et du traitement pharmacologique associés. Il faut en moyenne quatre... Commenter

Dermatologie L’ÉRYTHÈME NOUEUX Abonné

érythème

Cette hypodermite se caractérise cliniquement par des nodules érythémateux, localisés principalement au niveau des jambes. Elle peut être... Commenter

A découvrir