Grève du 11 mars : ce n’est qu’un début!
Brève

Grève du 11 mars : ce n’est qu’un début!

11.03.2010

Les organisateurs de la Journée d’action (MG France, FMF/UG, UC, SNJMG) sont satisfaits : « La mobilisation des professionnels sur le terrain manifeste de manière éclatante leur colère et leur révolte, » observe Mg France dans un communiqué. De son côté, Jean-Paul Hamon, co-président d’Union Généraliste, a tenu jeudi en début d’après-midi une conférence de presse improvisée à Clamart en compagnie d’une dizaine de confrères grévistes de tout le département des Hauts-de-Seine. De l’avis général des participants, la grève semblait assez suivie dans ce département de la région parisienne. Et le Dr Hamon faisait par ailleurs état d’informations faisant état de la mobilisation dans d’autres secteurs géographiques: zéro cabinets ouverts à Beauvais, 60% de grévistes à Caen,...

Pour sa part, le ministère de la Santé a évalué à 18% le taux de cabinets de médecins généralistes fermés partiellement ou totalement. Le mouvement aurait été mieux suivi dans quelques régions, comme le Nord/Pas-de-Calais, où les fermetures auraient dépassé les 50%. Ces fermetures n'ont pas eu d'effet sur les appels reçus par le «15» ou le fonctionnement des Samu, a précisé le ministère à l'Agence France Presse.

Visiblement, les animateurs de l’intersyndicale ne comptent pas en rester là. Le Dr Hamon expliquait que même la revalorisation du C à 23 euros n’arrêterait pas le mouvement. Le leader d’Union généraliste faisait notamment référence aux autres motifs de la grogne: «harcèlement des caisses» sur les prescriptions, taxation prochaine des feuilles de soins papier, problèmes démographiques insolubles,... De son côté, MG France, arguait également « qu’en l'absence de réponse rapide et d'engagements précis, MG France et les autres syndicats s'appuieront sur la mobilisation des médecins de terrain pour organiser la suite du mouvement. »

L’intersyndicale doit de nouveau se réunir mercredi prochain 17 mars pour décider de la suite à donner au mouvement. A titre d’illustration, Jean-Paul Hamon évoquait la possibilité de faire grève un vendredi et un lundi à la fois, ce qui, avec le week-end équivaudrait à «quatre jours sans médecin généraliste.»

 

 

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Strasbourg

À Strasbourg, des généralistes réunis pour une formation, confinés pendant la fusillade

Les médecins du syndicat Agjir, antenne locale alsacienne de ReAGJIR, le regroupement autonome des généralistes jeunes installés et remplaçants, réunis mercredi soir à Strasbourg, devaient vivre...Commenter

Dépistage des cancers cutanés : le seul examen visuel ne suffit pas

Mélanome malin

À l’heure où s’ouvre à Paris le congrès annuel de la société française de dermatologie, cette revue Cochrane tombe à pic. Selon la conclusio... Commenter

Après l'enquête ‘Implant Files’, les industriels répondent

Radiographie du thorax d'un homme atteint de cardiomégalie montrant un pacemaker ou stimulateur cardiaque

Suite à l’enquête journalistique internationale « Implant Files » dénonçant les défauts d’évaluation, de surveillance et de traçabilité des... 1

Cardiologie LES ANTICOAGULANTS ORAUX DIRECTS DANS LA PRATIQUE QUOTIDIENNE Abonné

.

Les anticoagulants oraux directs (AOD) sont de plus en plus prescrits en France et dans le monde entier. Leurs indications majeures sont la... Commenter

BPCO UNE "BRONCHITE" DU FUMEUR Abonné

Cigarette

Souvent jugées bénignes par le patient, les exacerbations aiguës de BPCO comportent un risque vital. Le généraliste se doit de les... Commenter

A découvrir