Pas de vote sur l’euthanasie
Brève

Pas de vote sur l’euthanasie

20.11.2009

Le débat sur l’euthanasie a tourné court jeudi à l'Assemblée. Une proposition de loi socialiste visant à légaliser l’euthanasie était à l’ordre du jour du Parlement. Le gouvernement et le groupe UMP ont en effet décidé de reporter le vote du texte. Furieux, les députés socialistes ont en retour donc boycotté la suite de la discussion dans l'après-midi.

Avant l'incident des échanges ont néanmoins eu lieu entre partisans et opposants de la légalisation de la l’euthanasie. Le rapporteur du texte, le socialiste Manuel Valls plaidant pour un véritable "droit général à l'euthanasie" et refusant "l'hypocrisie" car "l'euthanasie est en réalité une pratique courante dans de nombreux centres de soins". "La seule manière d'éviter les dérives est d'admettre enfin la réalité pour mieux l'encadrer", a-t-il dit, car "la généralisation" du recours aux soins palliatifs "ne répondra jamais aux souffrances et aux demandes de tous les malades".

Pour sa part, la ministre de la Santé a répliqué que la loi du 22 avril 2005, dite loi Leonetti, avait constitué "une avancée considérable dans le débat sur la fin de vie", se demandant s'il fallait "franchir un nouveau pas" et si ce pas constituerait, in fine, "un progrès ou la transgression d'une limite".

Le débat a de nouveau révélé que les clivages sur le sujet dépassaient la division droite-gauche. L’UMP Henriette Martinez, militante de l'Association pour le droit de mourir dans la dignité, qui revendique "l'ultime liberté", regrette par exemple "que l'UMP ne se soit pas saisie de ce sujet". Une opinion partagée par Jacques Desallangre (Parti de gauche), pour qui la loi Leonetti "n'est qu'une étape", demeurant "insuffisante". Parmi les détracteurs du texte, beaucoup se sont attachés à promouvoir les soins palliatifs. Ainsi, pour le communiste Michel Vaxès, "l'urgence" est d'obtenir "que l'Etat leur donne les moyens de s'exprimer pleinement et partout". Pour lui, "les dérogations admises risquent toujours d'autoriser la suivante". Colette Le Moal (Nouveau Centre) a également demandé au nom de son groupe "le développement des unités de soins palliatifs", estimant qu'il fallait approfondir le loi actuelle.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Publicité

L'Autorité de la concurrence veut revenir sur l'interdiction de publicité pour les médecins

Les médecins seront-ils un jour autorisés à faire de la pub ? Après le conseil d’État, l’Autorité de la concurrence ouvre, à son tour, la porte à cette possibilité, invoquant la jurisprudence...6

Plaidoyer pour le dosage des transaminases en routine

Dosage transaminases

« Alors que les généralistes n’hésitent pas à prescrire des glycémies, des créatininémies et des cholestérolémies dans le cadre de bilans de... 2

ECNi blanches, des premiers bugs avant le test national

Loading

Alors que les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur, souhaitaient cette année faire l’impasse sur les épreuves classantes... Commenter

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 1

A découvrir