Sida - La HAS prône un dépistage généralisé du VIH
Brève

SidaLa HAS prône un dépistage généralisé du VIH

21.10.2009

La Haute Autorité de Santé s’alarme des retards au dépistage et du fait que plusieurs dizaines de milliers de personnes ignorent leur séropositivité. L’institution que préside Laurent Degos voudrait étendre le dépistage mais sans le rendre obligatoire.

La Haute autorité de santé suggère que le dépistage du virus du sida soit proposé à toute la population, de 15 à 70 ans, selon un rapport publié mercredi par le journal Libération. « Bien que l'activité de dépistage soit particulièrement importante en France, avec 5 millions de tests en 2007, plaçant la France au deuxième rang mondial, il persiste un retard au dépistage qui concerne plus particulièrement certains groupes de populations ou d'individus » note la HAS. Selon elle, 47 % des sujets pour lesquels un diagnostic de sida a été porté présentaient un retard au dépistage. Ce retard serait plus fréquent chez les personnes de plus de 40 ans, chez celles d'origine étrangère et celles contaminées par voie hétérosexuelle. De fait, 40 000 personnes ignoreraient qu'elles sont séropositives.

En soulignant que le dépistage ne serait en rien obligatoire, la HAS suggère de « mobiliser fortement les acteurs de santé sur une période de temps déterminée ». Les médecins généralistes notamment pourraient le proposer à leurs patients. En outre, chacun pourrait aller se faire tester dans un laboratoire d'analyse médicale sans prescription médicale. Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine 2008, interrogée par l’AFP en marge de la Conférence internationale sur le vaccin contre le VIH, qui se tient actuellement à Paris, s’est déclarée « favorable à un dépistage volontaire, pour autant qu’il ne soit pas obligatoire et repose sur une responsabilisation». Celle qui a découvert le virus du sida en 1983 avec le Pr Luc Montagnier, estime qu’aujourd’hui « on vit une autre époque, quand quelqu’un est dépisté positif, il peut bénéficier d’une prise en charge et avoir accès aux traitements qui lui sont nécessaires ». De plus, le bénéfice d’une telle mesure aurait également un « bénéfice collectif, puisqu’une personne sous traitement transmet bien moins le virus à ses partenaires ».

Dr Muriel Gevrey
Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Négos

Reprise des négos sur les assistants : après la colère des médecins, la Cnam prête à revoir sa copie

Les syndicats avaient rendez-vous ce mercredi au siège de l’Assurance maladie pour une troisième séance de négociation sur les assistants médicaux. Après avoir quitté la précédente séance pour...6

Le Pr Henri Joyeux en représentation au théâtre Déjazet pour parler prévention

Pr Henri Joyeux

Après un premier cycle de conférence en 2016, le Pr Henri Joyeux remet le couvert au printemps 2019. Du 16 mars au 17 juin, le cancérologue... 2

L'AP-HM va tester le cannabis thérapeutique pour Parkinson, une première en France

.

Pour la première fois en France, le cannabis thérapeutique va être testé pour les malades de Parkinson. Une étude sera menée conjointement... Commenter

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir