Soignants infectés : quand peuvent-ils sortir de leur isolement ?

Soignants infectés : quand peuvent-ils sortir de leur isolement ?

Nicolas Evrard
| 28.03.2020
  • Extérieur d'un cabinet médical

    Soignants infectés : quand peuvent-ils sortir de leur isolement ?

Depuis le passage en stade 3 de l’épidémie de coronavirus le 14 mars, les critères de sortie de confinement des personnes infectées ont changé. Dans son avis « relatif aux critères cliniques de sortie d’isolement des patients ayant été infectés par le Sars-CoV-2 », le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) consacre spécifiquement une partie de ses recommandations aux soignants. Pour eux, les critères de guérison s’inscrivent dans une problématique duale souligne le HCSP : « en cette période de tension majeure du système de santé, il faut à la fois assurer un équilibre entre la nécessité de maintenir la continuité des soins et celle de limiter autant que possible la transmission du Sras-CoV-2 en milieu de soins ; la part nosocomiale des cas dans cette épidémie apparaît d’ores et déjà importante et majore de facto le fardeau de l’épidémie. Il est donc important que le confinement ne puisse être levé ni trop tard, ni trop tôt. »

Le confinement est recommandé chez tout professionnel de santé présentant des symptômes évoquant une infection, jusqu’au résultat du test de dépistage. En cas de positivité le soignant reste confiné. Cet isolement et la prise en charge dépendent des symptômes et de l’état de santé de chacun… jusqu’à la levée de ce confinement.

Le HCSP décrit trois situations 

1 – Pour ceux ayant développé une forme peu grave. Pour les professionnels n’étant pas des personnes à risque à développer une forme grave et ayant connu une forme simple ou une pneumonie de gravité modérée, avec une prise en charge à domicile, l’arrêt du confinement se fait à partir du 8è jour à partir du début des symptômes. ET au moins 48 heures à partir de la disparition de la fièvre vérifiée par température rectale inférieure à 37,8° C (2 fois/jour à 12 h d’intervalle et sans prise d’antipyrétique depuis au moins 12 heures). ET au moins 48 heures après la disparition d’une éventuelle dyspnée (fréquence respiratoire inférieure à 22/mn au repos) et après amélioration des symptômes (expectorations, fatigue, myalgies, céphalée). Et de rajouter : dans les 7 jours suivant la levée du confinement, le soignant en contact avec des patients doit porter un masque chirurgical de type 2.

2 - Pour ceux à risque de forme grave. Pour les professionnels qui sont à risque de développer une forme grave, et ayant connu une forme simple avec une prise en charge à domicile, l’arrêt du confinement se fait à partir du 10è jour à partir du début des symptômes. Le reste des autres mesures restent les mêmes que précédemment, sauf le port d’un masque chirurgical qui doit être de 14 jours après l’arrêt du confinement pour les personnes immunodéprimées.

3 - Pour ceux ayant développé une forme grave. Pour les professionnels ayant développé une forme grave de Covid-19, l’évaluation se fait au cas par cas, indique le HCSP. Le critère virologique de levée de confinement est pris en compte selon les possibilités de réalisation de prélèvements et de tests. Un suivi de l’excrétion virale est préconisé. Le port d’un masque chirurgical de type 2 doit être porté 14 jours après la fin du confinement.

Et bien sûr, comme pour tout à chacun le respect des mesures d’hygiène des mains reste essentiel pour tous, rappel le HCSP.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Consultation

Une consultation de déconfinement à 46 euros créée pour la reprise des suivis complexes

Pendant le confinement, la faible fréquentation des cabinets a été synonyme de retards de soins importants pour les patients les plus fragiles. Depuis le 11 mai, l'activité a repris et l'une des...3

Deux fois plus d'arrêts cardiaques extrahospitaliers pendant le confinement Abonné

ecg

Alors que les Français ont eu tendance à éviter les urgences hospitalières (hors Covid-19) pendant la période du confinement, quelles ont... Commenter

Hydroxychloroquine : l'étude du Lancet sous le feu de la critique

Plaquénil

La suspension par l'OMS des essais sur l'hydroxychloroquine aurait pu signer la fin de ce possible traitement contre le Covid-19. Mais... 5

Cardiovasculaire PRISE EN CHARGE DE LA POUSSÉE HYPERTENSIVE Abonné

Tensiomètre cassée

La poussée hypertensive est une situation clinique fréquente, bénigne dans la très grande majorité des cas. Cependant, il arrive que cet... Commenter

Pédiatrie LA MALADIE DE KAWASAKI Abonné

Cliché 1 Œdème des lèvres avec fissuration

La maladie de Kawasaki est une vascularite aiguë touchant l’enfant de moins de 5 ans. Cliniquement, des manifestations cutanées dominent le... Commenter

A découvrir