Les portraits de l'été - Première interne à avoir choisi la MG en 2018, Délia Bonis, médecin de famille par vocation

Les portraits de l'étéPremière interne à avoir choisi la MG en 2018, Délia Bonis, médecin de famille par vocation

Amandine Le Blanc
| 22.08.2019
  • Bonis

Certains se découvrent une vocation sur le tard. Pour Délia Bonis, interne à Toulouse, et lauréate du prix spécial du Jeune généraliste remis le 20 juin dernier, le désir de médecine générale remonte à l’enfance. « Depuis toute petite je sais que je veux faire ça. Je pense que ma relation avec mon médecin traitant a joué un grand rôle, explique la Paloise de 25 ans. L’écoute, le fait qu’elle me connaisse parfaitement… Je trouve inspirant le fait que le généraliste prenne soin des gens dans tous les domaines de leur vie. » La future généraliste apprécie également la diversité de la spécialité, à la fois dans les différentes possibilités d’exercice qu’elle offre mais aussi dans les cas à traiter. « C’est un challenge difficile mais beau d’être compétent dans tout sans être expert. Et même si j’aimais me creuser la tête durant mon externat sur des cas qui arrivent à une personne sur 100 000, ce qui m’intéresse c’est de pouvoir traiter 90 % des pathologies du quotidien », explique Délia Bonis. Arrivée 62e aux ECNi 2018, elle est la première interne à avoir opté pour la médecine générale comme spécialité. Un choix qui n’a pas surpris.

« Les réactions ont été très positives, même si certains pensaient que je changerais d’avis, dans l’ensemble on m’a félicitée. » Lors de cette première année au sein du DMG de Toulouse, Délia a effectué son stage inaugural aux urgences, « ce qui a confirmé que ce n’était pas pour moi ». Actuellement elle est en stage en cabinet, dans une MSP rurale à Aurignac, un premier challenge pour elle. « C’est assez stressant, il y a quantité de choses à savoir, ça m’a pas mal fait perdre confiance en moi mais c’est un exercice auquel je voulais me confronter », souligne-t-elle. Même si elle a le temps d’affiner son projet, Délia Bonis se verrait bien exercer en semi-rural, de préférence en groupe dans sa région d’origine.

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Masque chirurgical

Des masques chirurgicaux annoncés pour les libéraux à partir du 2 mars

Quand et comment seront distribués les 15 millions de masques anti-projections promis mercredi soir par Olivier Véran, notamment aux médecins libéraux ? ...5

Coronavirus : le généraliste du deuxième patient décédé s'étonne de ne pas avoir été contacté par les autorités

Capture d'écran

Le Dr Philippe Pinilo est le médecin généraliste de Crépy-en-Valois (Oise) qui a délivré son arrêt de travail à l’enseignant de l’Oise,... 6

La Carmf prête à aider financièrement les médecins exposés au coronavirus

Carmf

Alors que la menace d'une épidémie de coronavirus se renforce, l'inquiétude des médecins grandit. Préoccupés par l'approvisionnement de... 2

Sinistralité RESPONSABILITÉ PROFESSIONNELLE : PLAINTES ET GRIEFS Abonné

Avocat et médecin

Les plaintes des patients ou de leurs familles, à la suite d’une erreur médicale ou d’un événement indésirable associé aux soins (EIAS),... Commenter

Addictologie LE SKIN POPPING Abonné

SKIN POPPING

Le skin popping consiste à effectuer des injections sous-cutanées répétées de drogues. Cette pratique expose le patient à des risques... Commenter

A découvrir