Un tatouage "ne pas réanimer" : le cas qui fait cogiter les urgentistes français

Un tatouage "ne pas réanimer" : le cas qui fait cogiter les urgentistes français

Dr Nicolas Evrard
| 04.12.2017
  • Tatouage "Do not resuscitate"

L'article publié le 30 novembre dernier dans le New England Journal of Medicine, portant sur un patient de 70 ans avec un tatouage "Ne pas réanimer" a fait le buzz ! « Ce matin nous avons beaucoup parlé de cette affaire entre nous », confie le Pr Frédéric Lapostolle, directeur médical adjoint du Samu 93.

Petit rappel : un homme de 70 ans qui avait de lourds antécédents médicaux, a été admis inconscient dans un hôpital de Floride, avec entre...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 5 Commentaires
 
gaele b Médecin ou Interne 12.12.2017 à 16h44

Personne ne peut dire si une réanimation est sans risque de séquelle irréversible.... On décide tout le temps sans tatouage ni directives anticipées ni ....c'est ça aussi la difficulté du métier

Répondre
 
HENRI B Médecin ou Interne 04.12.2017 à 21h37

Les volontés datées et signées, avec son téléphone, son n° de sécu et ... la photo de son avocat ? Tout ça fait un sacré gros tatouage non ? En 3 mots cet homme, 70 ans, a fait part de sa volonté de Lire la suite

Répondre
 
claude l Médecin ou Interne 05.12.2017 à 18h18

non pas du tout
il n'y a pas d'extrême voyons, Napoléon,,14-18,39-45, l’Indochine, la guerre d’Algérie j'en cite d'autres?
le mieux c'est quand ils revendent leur peaux à leur mort, c'est parfois Lire la suite

Répondre
 
FREDERIC L Médecin ou Interne 04.12.2017 à 19h20

Arrêter la rea si risque de séquelles irréversibles importantes. Signé et daté avec signature d'un témoin adresse Tel portable n de Secu et Numero de Tel de l'avocat.

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 05.12.2017 à 21h04

mais P....... , que représentent , les " directives anticipées" , surement des broutilles , des élucubrations ?
dommage , LE médecin ne s'occupe la souffrance , mais du risque encouru , désolant !

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Buzyn

« Je ne demande pas aux médecins de travailler plus (...) mais il faut mieux organiser les soins sur les territoires», lance Buzyn

La ministre de la Santé a réaffirmé ce vendredi son intention de revoir l'organisation du système de santé pour prendre plus efficacement en charge la population. ...10

DPC : 30 000 généralistes se sont inscrits à une action indemnisée en 2017

DPC

Les généralistes ne sont pas beaucoup plus nombreux à se former mais ils se forment plus ! Tel est le bilan que l'on peut tirer en étudiant... Commenter

Antoine Durrleman, 6e chambre de la Cour des comptes « La médecine libérale doit être mieux présente sur le territoire »

Durrleman

Le président de la 6e chambre de la Cour des comptes assume les mesures coercitives du récent rapport qu’il a piloté sur l’avenir de... 2

Pédiatrie BÉBÉ SECOUÉ : PRÉVENIR ET REPÉRER Abonné

Bebe secoue

Plusieurs centaines de nourrissons seraient victimes du syndrome du bébé secoué chaque année en France. La Haute autorité de santé et la... Commenter

Prévention UN DÉPISTAGE DE MASSE SIMPLE QUI SAUVE DES VIES Abonné

Anevrisme aorte abdominale

Une étude danoise démontre l'efficacité du dépistage combiné de l'anévrysme de l'aorte abdominale, de l'HTA et de l'AOMI sur la mortalité... Commenter

A découvrir