Si « Le Généraliste » était paru en 1902 - Médecins de campagnes, préférez les voitures à cheval aux voitures à pétrole !

Si « Le Généraliste » était paru en 1902Médecins de campagnes, préférez les voitures à cheval aux voitures à pétrole !

Alain Létot
| 13.11.2017
  • .

Nous croyons de notre devoir de protester contre certaines réclames publiées par quelques journaux médicaux à propos des automobiles car elles sont de nature à fausser complètement l’étude de la question, en ce qui concerne l’utilisation de ces véhicules dans la pratique médicale.

Ces réclames tendent, en effet, à démontrer que, dès l’heure présente, cela revient moins cher de se servir d’un coupé automobile, coûtant 8 500 francs (rien que ça) que d’une voiture à cheval et, pour y parvenir, elles établissent des devis qui, en réalité, sont absolument fantaisistes.

On y lit, par exemple, qu’une automobile doit s’amortir en 10 ans ! Or, après trois ans de service, l’automobile actuelle n’est bonne qu’à mettre au vestiaire ! Par suite, l’amortissement doit avoir lieu en trois ou quatre ans, et non pas en dix !

On y lit encore qu’un cheval doit s’amortir en cinq ans, s’il a été acheté plus de 1 000 francs. Nouvelle erreur : un cheval jeune, susceptible de coûter 1 200 à 1 500 francs, n’est pas usé en cinq années, même en ville ! Tous ceux qui connaissent les chevaux de médecins le savent bien !

De plus, lesdits prospectus ne font allusion dans leurs devis qu’aux voitures travaillant à la ville et laissent croire que les mêmes chiffres sont applicables à la campagne. Nouvelle erreur, celle-là colossale ! Car, à la campagne, les meilleurs chevaux coûtent moins de 1 500 francs, les plus beaux cabriolets moins de 1 500 francs, etc. Et, surtout, une écurie ou une remise n’atteignent jamais 1 200 francs de loyer, ni les gages d’un cocher 2 400 francs. Pour ce prix-là, on pourrait avoir des châteaux comme remises et des docteurs ès lettres comme garçons !

Conclusions : ces devis sont des plus inexacts et sont destinés à tromper le public médical. La vérité, la voici. Actuellement ni le médecin de ville et encore moins le médecin de la campagne n’ont un intérêt financier à user de l’automobile. Ce mode de locomotion est toujours des plus onéreux et on peut dire aujourd’hui que l’automobile, à la campagne, coûte deux fois plus cher que le cheval. Et il sera toujours ainsi tant que les voitures à pétrole reviendront à 8 000 francs et plus !

(Chronique médicale, 1902)

Source : Legeneraliste.fr

NOUS VOUS RECOMMANDONS

add

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Infirmière

Infirmière en pratique avancée : la profession dénonce un dispositif trop « hospitalier » et rectifie le décret

D'ici quelques jours, le ministère de la Santé devrait remettre aux syndicats de médecins une nouvelle version du décret encadrant les Infirmières en pratique avancée (IPA). Fustigée par l'ensemble...1

Épidémie de rougeole, où en est-on ?

Virus de la rougeole

On en parle moins, cependant l'épidémie de rougeole sévit toujours en Fance, puisque d'après le dernier bulletin hebdomadaire publié hier... 1

Agnès Buzyn, femme politique la plus influente du premier trimestre 2018

Agnès Buzyn

Stratégie de transformation du système de santé, plan prévention, financement des Ehpad… Depuis le début de l'année, Agnès Buzyn est sur... 1

Prévention LA PROMOTION DE LA PRÉVENTION EN SALLE D’ATTENTE EST INEFFICACE Abonné

Salle d'attente

La salle d’attente du généraliste est logiquement un lieu idéal – puisque contextualisé – d’affichage de messages sanitaires, notamment... Commenter

Nutrition LES RÉGIMES RESTRICTIFS Abonné

Régime restictif

De plus en plus de patients se lancent dans des régimes restrictifs sans en connaître les conséquences. Nous faisons le point sur plusieurs... 1

A découvrir