Si « Le Généraliste » était paru en 1902 - Médecins de campagnes, préférez les voitures à cheval aux voitures à pétrole !

Si « Le Généraliste » était paru en 1902Médecins de campagnes, préférez les voitures à cheval aux voitures à pétrole !

Alain Létot
| 13.11.2017
  • .

Nous croyons de notre devoir de protester contre certaines réclames publiées par quelques journaux médicaux à propos des automobiles car elles sont de nature à fausser complètement l’étude de la question, en ce qui concerne l’utilisation de ces véhicules dans la pratique médicale.

Ces réclames tendent, en effet, à démontrer que, dès l’heure présente, cela revient moins cher de se servir d’un coupé automobile, coûtant 8 500 francs (rien que ça) que d’une voiture à cheval et, pour y parvenir, elles établissent des devis qui, en réalité, sont absolument fantaisistes.

On y lit, par exemple, qu’une automobile doit s’amortir en 10 ans ! Or, après trois ans de service, l’automobile actuelle n’est bonne qu’à mettre au vestiaire ! Par suite, l’amortissement doit avoir lieu en trois ou quatre ans, et non pas en dix !

On y lit encore qu’un cheval doit s’amortir en cinq ans, s’il a été acheté plus de 1 000 francs. Nouvelle erreur : un cheval jeune, susceptible de coûter 1 200 à 1 500 francs, n’est pas usé en cinq années, même en ville ! Tous ceux qui connaissent les chevaux de médecins le savent bien !

De plus, lesdits prospectus ne font allusion dans leurs devis qu’aux voitures travaillant à la ville et laissent croire que les mêmes chiffres sont applicables à la campagne. Nouvelle erreur, celle-là colossale ! Car, à la campagne, les meilleurs chevaux coûtent moins de 1 500 francs, les plus beaux cabriolets moins de 1 500 francs, etc. Et, surtout, une écurie ou une remise n’atteignent jamais 1 200 francs de loyer, ni les gages d’un cocher 2 400 francs. Pour ce prix-là, on pourrait avoir des châteaux comme remises et des docteurs ès lettres comme garçons !

Conclusions : ces devis sont des plus inexacts et sont destinés à tromper le public médical. La vérité, la voici. Actuellement ni le médecin de ville et encore moins le médecin de la campagne n’ont un intérêt financier à user de l’automobile. Ce mode de locomotion est toujours des plus onéreux et on peut dire aujourd’hui que l’automobile, à la campagne, coûte deux fois plus cher que le cheval. Et il sera toujours ainsi tant que les voitures à pétrole reviendront à 8 000 francs et plus !

(Chronique médicale, 1902)

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les médecins s'inquiètent que les pharmaciens soient autorisés à prescrire des médicaments

Les pharmaciens d'officine seront-ils bientôt habilités à délivrer certains médicaments à la place du généraliste ? L'examen du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) se...21

Non la médecine libérale n'est pas morte : la Carmf réplique à Jean-Paul Delevoye

.

La Caisse autonome de retraite des médecins français (Carmf) n'a pas apprécié d'entendre Jean Paul Delevoye, Haut-Commissaire à la réforme... 2

La nomination au Conseil d'Etat du Pr Yves Lévy, époux d'Agnès Buzyn, fait polémique

.

Le Pr Yves Lévy, époux de la ministre de la Santé Agnès Buzyn, vient de quitter officiellement la présidence de l'Inserm. Le 12 octobre, il... 2

Pédiatrie L'ENFANT ET LES ÉCRANS Abonné

Enfant ecran

Les médecins ont un rôle important de conseil auprès des parents quant à l'utilisation et à la vigilance face aux éventuels effets négatifs... Commenter

Thérapeutique PRESCRIRE OU NON DES STATINES CHEZ LE SUJET ÂGÉ Abonné

personne age

Ce travail espagnol publié dans le BMJ soulève un problème quotidien de l’initiation d’une statine chez un sujet âgé en prévention... Commenter

A découvrir