A Paris, 165 utilisateurs par jour, un an après l'ouverture de la "salle de shoot"

A Paris, 165 utilisateurs par jour, un an après l'ouverture de la "salle de shoot"

12.10.2017
  • Salle de consommation à moindres risques

Depuis son ouverture il y a un an, le 17 octobre 2016, 800 toxicomanes se sont inscrits comme utilisateurs à la première "salle de consommation à moindre risque" de France installée près de la gare du Nord à Paris. Cette inscription n'est pas obligatoire et en moyenne, 165 actes de consommation sont comptabilisés chaque jour, soit 53 582 consommations en un an, principalement des injections, selon les chiffres de l'association Gaïa, qui gère la salle, et la mairie de Paris.

...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 5 Commentaires
 
MARC G Médecin ou Interne 15.10.2017 à 21h21

A quand la réouverture des maisons closes pour les accros au sexe avec dépistage des maladies honteuses?.

Répondre
 
Pierre V Médecin ou Interne 15.10.2017 à 10h41

L'ouverture de salles de consommation à moindre risque s'inscrit dans une logique de réduction des risques pour des malades souffrants d'addiction avec complications multiples médico sociales.
Pour Lire la suite

Répondre
 
JEAN CLAUDE B Médecin ou Interne 13.10.2017 à 10h56

Et moi, j'attends toujours qu'on ouvre une salle de bourre dans le Médoc. On pourrait y adjoindre une salle de dépistage de cirrhose hépatique, avec échographie et tout et tout... Les dégustations Lire la suite

Répondre
 
CHRISTIAN T Médecin ou Interne 15.10.2017 à 21h33

l'humour me délecte , la connerie me désespère......

Répondre
 
JEAN MARC J Médecin ou Interne 12.10.2017 à 20h18

On suppose, pour couronner le tout, que les "doses" sont gratuites et payées par les contribuables?
Bien entendu , la situation serait pire si cette salle n'existait pas. Bien sur. Je suis Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Consultation personne obèse

Obésité des patients : gare à la grossophobie !

Consulter pour une angine et repartir avec une bonne leçon sur la chirurgie bariatrique. L’expérience, vécue par Daria, cofondatrice du collectif Gras politique, peut laisser des traces. « À peine...4

À Bourth, une généraliste file à l'anglaise

Désert médical

« Comptez sur moi, je viendrai avec vous aux vœux ». La promesse faite par le Dr S. au maire de Bourth (Eure) Jacky Vivier s’est envolée. À... 3

Idomed, la solution télémédecine pour pallier au manque de visites à Paris

telemedecine

Idomed : infirmière à domicile et médecin à distance. Derrière ce nom et ce concept se cache un projet de télémédecine qui se lance cette... 1

Urologie L’hyperactivité vésicale Abonné

Urologie - L’hyperactivité vésicale-0

Même si, chez la femme, ce syndrome est assez souvent idiopathique, il est important de rechercher et de traiter les causes sous-jacentes.... Commenter

Recommandation SATURNISME : QUELS ENFANTS DÉPISTER ? Abonné

peinture plomb

Le Haut conseil de santé publique (HCSP) vient d’actualiser ses recommandations sur le dépistage et la prise en charge des intoxications... Commenter

A découvrir