Si « Le Généraliste » était paru en 1792 - La guillotine a failli s'appeler la louison...

Si « Le Généraliste » était paru en 1792La guillotine a failli s'appeler la louison...

Alain Létot
| 09.09.2017
  • .

Le Dr Antoine Louis préconise, dans un rapport remis à l’Assemblée législative, la mise au point d’une machine à lame oblique (la guillotine) capable de donner la mort avec rapidité et de manière indolore.

Si le concept de guillotine avait bien été inventé par le Dr Joseph Ignace Guillotin, c’est à Antoine Louis qu’est revenu la charge de trouver le concepteur de la machine et de réaliser les premiers essais. Antoine Louis était un médecin légiste reconnu, expert médical auprès des tribunaux et secrétaire de l’Académie de chirurgie depuis 1760. Il avait été aussi l’un des rédacteurs de l’Encyclopédie de Diderot (qui le loua aussi dans « Jacques le Fataliste » comme chirurgien d’armée). Ainsi, les descriptions anatomiques du bassin, des artères carotides, du cristallin, de l’étrier, des parotides et des muscles obturateurs sont de son fait.

Le 7 mars 1792, Antoine Louis déposa donc auprès de l’Assemblée sa « Consultation motivée sur le mode de décollation nouveau ». Il y note qu’ «il est aisé de construire une pareille machine dont l’effet est immanquable ; la décapitation sera faite en un instant, suivant l’esprit et le vœu de la nouvelle loi ». Et ajoute : « Le mode de décollation sera uniforme dans tout l’empire. Le corps du criminel sera couché sur le ventre entre deux poteaux barrés par le haut d’une traverse, d’où l’on fera tomber sur le col une hache convexe au moyen d’une déclique [sic] : le dos de l’instrument sera assez fort et assez lourd pour agir efficacement, comme le moutonqui sert à enfoncer des pilotis et dont la force augmente en fonction de la hauteur dont il tombe ».

Antoine Louis apporta des modifications si substantielles à la machine de Guillotin qu’elle faillit s’appeler la « Louison ». Moins de deux mois après le rapport d’Antoine Louis, la guillotine allait commencer son œuvre de mort le 25 avril 1792. Elle fonctionna jusqu'en 1977. En 2017, voilà donc tout juste 40 ans qu'elle ne sert plus en France. Le Tunisien Hamida Djandoubi, exécuté à Marseille le 10 septembre pour l'assassinat d'une jeune femme et viols avec sévices sur une adolescente fut sa dernière victime. Les condamnés suivants seront graciés, jusqu'à l'abolition de la peine de mort en 1981.

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 1 Commentaire
 
claude l Médecin ou Interne 10.09.2017 à 18h14

oui ,c'était mieux quand même que la Hache(a parfois il fallait s'y reprendre à 2 fois)!
et vous savez qui à été le 1ER bourreau de Lyon ,une "femme"!

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Dr Nicolas Thual

« Toute une génération de médecins est en train de partir et elle n’a rien anticipé », accuse un généraliste breton

Les jeunes médecins tous fainéants et pas désireux de s’installer à la campagne ? Le refrain agace le Dr Nicolas Thual, généraliste breton de 44 ans à l’initiative de la création d’un pôle de santé...33

Natalité en baisse, mortalité en hausse mais la France reste en bonne place en matière d'espérance de vie 

Espérance de vie

L'espérance de vie en bonne santé est stable depuis dix ans en France, à 64,1 ans pour les femmes et 62,7 ans pour les hommes, selon une... Commenter

1 000 médecins dénoncent dans une tribune la situation alarmante de l'hôpital

Mégaphone

Mille signatures pour tirer la sonnette d’alarme. Ce sont 1 000 médecins hospitaliers et cadres de santé qui signent ce mardi une tribune... 2

Gastro-entérologie L’APPENDAGITE Abonné

Appendagite

L’appendagite est souvent à l’origine d’un “ventre chirurgical”. Elle est due à des torsions, ou des inflammations d’appendices... 2

Nouvelles consultations VACCINATION, PEU DE VRAIES CONTRE-INDICATIONS Abonné

seringues

Obligation vaccinale ou pas, « un professionnel de santé peut évidemment ne pas vacciner un enfant présentant un état de santé particulier... Commenter

A découvrir