Si « Le Généraliste » était paru en 1900 - Méditations autour de la garde-robe et des chaises percées

Si « Le Généraliste » était paru en 1900Méditations autour de la garde-robe et des chaises percées

Alain Létot
| 19.07.2017
  • histoire

    Méditations autour de la garde-robe et des chaises percées

Saint-Simon, dans ses célèbres Mémoires, nous rapporte qu’à leur petit lever certaines princesses ne se gênaient pas pour entretenir la conversation sur leurs chaises privées. Les reines de France ont même reçu des ambassadeurs sur ce meuble qui n’avait rien d’isolé ni de honteux.

Dans les lettres de Lord Chesterfield à son fils, Ph. Stanhope (1748), nous voyons le noble lord recommander à son descendant de ne pas perdre son temps même à la garde-robe et il lui cite l’exemple de ce lord érudit qui emportait quelques pages d’une édition vulgaire d’Horace, qu’ensuite il envoyait bas comme un sacrifice à Cloacine.

On peut ainsi citer différents passages d’historiens qui permettraient d’établir une « Contribution à l’étude des personnages qui ont médité sur la garde-robe ou l’histoire anecdotique et littéraire des garde-robes et des chaises percées à travers l’histoire ».

En Chine, on sait que le papier antiseptique moderne est remplacé par la langue des chiens, chiens comestibles du reste. Au Japon, pays où les bestiaux européens font défaut, il est d’usage de mettre le matin à la porte des « chaïa » un double seau que le vidangeur emporte et doit payer ou remplacer par des seaux remplis de légumes, par un procédé de libre-échange. Les architectes japonais donnent tous leurs soins à la construction du petit pavillon solitaire entretenu dans un soigneux état de propreté et entouré de fleurs et d’arbres rares.

Un grand médecin avait l’habitude de dire : « Je suis tellement occupé que je n’ai le temps de réfléchir qu’à la garde-robe ». Un grand nombre de confrères surchargés avouent qu’ils n’ont le temps de parcourir les journaux médicaux qu’aux cabinets. Cela n’est pas un fait isolé, si on réfléchit au nombre énorme de maximes grotesques, d’adages scatologiques ou grivois, de poésies légères qu’on trouve souvent sur les murs des water-closets d’hôtelleries en province. Cette inspiration soudaine, venue dans un endroit retiré où l’on a l’habitude d’être seul, n’a-t-elle pas une cause physiologique ? Je dis où l’on a l’habitude d’être seul, point contestable car, il y a quelques années, dans l’Yonne, j’ai remarqué un water-closet géminé. La table de sacrifice à Cloacine était percée de deux orifices jumeaux et très voisins, sans séparation aucune. Comme j’en faisais l’observation en riant au propriétaire d’hôtel, il me fit cette réponse : « Que voulez-vous, il vient souvent ici des jeunes gens en voyage de noce… et ces nouveaux mariés sont bien exigeants ; ils ne veulent jamais se quitter, même en cet endroit… »

Spiritus flat ubi vult !

Il n’est pas de petits sujets à glaner, si inférieur que puisse en paraître, a posteriori, l’intérêt.

Notons qu’il existe une pathologie de la garde-robe : la position accroupie peut être à l’origine de luxation des cartilages semi-lunaires de l’articulation du genou. Le regretté professeur Le Fort s’insurgeait ainsi dans ses cours sur la mauvaise installation des water-closets de la Faculté de Médecine. Il prétendait y avoir contracté une luxation d’un de ses cartilages semi-lunaires.

Il n’y a pas de petites questions pour l’hygiéniste et pour l’anecdotier de la médecine : on a parlé récemment de la flagellation comme perversion sexuelle. Les Chinois emploient dans les maisons de prostitution un appareil très singulier. Il est essentiellement constitué par deux boules d’ivoire, reliées par une corde à boyau telle que celle des instruments de musique, et d’un archet. On introduit dans le rectum, assez haut, une des boules, et on fixe l’autre, puis on fait vibrer la corde en promenant dessus l’archet. Les Chinois trouvent, paraît-il, une volupté particulière à ce singulier moyen de communiquer des vibrations au rectum. On y joint quelquefois des pièces métalliques qui, en s’entrechoquant, augmentent et prolongent les vibrations.

(Chronique médicale, 1900)

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 1 Commentaire
 
claude L Médecin ou Interne 23.07.2017 à 18h14

bon ,dans un temps lointain ,l'urine de cheval servait à se laver les mains à la fin du voyage ,quand ces preux chevaliers devaient extraire avec leurs doigts "le ou les bouchon" dû à une Lire la suite

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Trop de temps passé devant les écrans, s'alarme Santé Publique France

Pour Santé publique France la situation est jugée "préccupante" ! Les conclusions de l'étude Esteban publiées ce jour sont claires : de façon globale, on constate une augmentation de la sédentarité...Commenter

Hépatite C, les hépatologues demandent la mise en place du dépistage universel

.

Alors qu’en France environ 75 000 personnes infectées par le VHC ignorent leur séropositivité, l’Association Française pour l'Étude du Foie... Commenter

L'ordre salue la réouverture du dialogue avec Ségur, mais attend des actes

.

C'est dans les nouveaux locaux de la rue Léon-Jost que le président de l'Ordre Patrick Bouet a tenu sa conférence de rentrée. L'occasion de... Commenter

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir