Si " Le Généraliste " était paru en 1906 - La syphilis, une maladie de " femme honnête " aussi…

Si " Le Généraliste " était paru en 1906La syphilis, une maladie de " femme honnête " aussi…

Alain Létot
| 30.09.2016
  • Histoire

    La syphilis, une maladie de " femme honnête " aussi…

La communication du Professeur Fournier sur la syphilis des honnêtes femmes a eu, même en dehors de l'enceinte académique, un très grand retentissement. A remarquer, en passant, qu'on jette bas le masque et qu'on ne croit plus devoir recourir au terme d' "avarie " qui ne dissimulait qu'imparfaitement, du reste, ce qu'il avait la prétention de cacher à des yeux avertis.


Disons, à ce propos, que c'est une erreur commune de croire que la syphilis ne peut se contracter que par les organes génitaux. Ils sont pourtant innombrables les cas de contagion par une autre voie. On a vu, écrivait déjà le Dr Yvaren il y a bien des années, dans son ouvrage " La syphilis, de Jérome Frascator ", la syphilis être inoculée par des ventouses qu'on avait scarifiées à l'aide d'un instrument souillé de virus (Van Swieten, d'après Schenck) ; par une lancette (Daguerre) ; par des ustensiles ; une pipe ; un verre (Botal) ; une cuiller ; des draps de lit (Fabrice de Hilden) ; par la lunette des lieux d'aisance (Faloppe) ; par des vêtements empruntés, surtout ceux qui se donnent en location à l'époque des travestissements du carnaval (Fabrice de Hilden, Ricord).

Et notre confrère ajoute sagement : " On doit admettre, d'une manière générale, comme possibles, à la rigueur, ces divers modes de propagation ; mais quand il s'agit de l'application, quand on procède à l'examen des faits particuliers, on ne saurait se tenir dans une trop grande réserve. À plus forte raison, devra-t-on rejeter comme impossible la transmission par les sueurs admise par quelques auteurs, sans qu'ils aient cité aucun fait positif ; ou par l'haleine des malades seule. Henri VIII a bien pu faire trancher la tête à son ministre Volsey, qu'il accusa d'avoir voulu lui communiquer, en lui parlant à l'oreille, la maladie syphilitique, dont lui, Volsey, était infecté ; mais un assassinat n'est pas une preuve… " Rien ne saurait être dit de plus juste.


(La Chronique médicale, novembre 1906)

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Martin Winckler

Dans « l'École des soignantes », Martin Winckler imagine un système de soins utopique

Dans « l’École des soignantes »*, le généraliste écrivain Martin Winckler décrit un hôpital utopique en 2039 mis en place par une communauté urbaine en France. Les femmes y sont majoritaires et les...11

L’ARS Ile-de-France lance le recrutement d’au moins 62 généralistes salariés

.

Cela faisait partie des mesures d’urgence du plan Ma Santé 2022, annoncée par Emmanuel Macron, le recrutement au niveau national de 400... 6

Le Bas-Rhin mise sur le 116 117 pour prendre en charge les soins non programmés en journée

.

L’URPS du Bas-Rhin, soutenue par l’ARS du Grand Est a lancé lundi dernier le dispositif “Un médecin 116 117” pour répondre à la demande de... Commenter

Ophtalmologie L'OPHTALMOLOGIE DE L’ENFANT EN SOINS PRIMAIRES Abonné

Ophtalmologie

En raison de délais de consultation souvent longs, l'ophtalmologie pédiatrique envahit les soins primaires. Il incombe aux médecins... 2

Gynécologie L'ENDOMÉTRIOSE Abonné

Endométriose

Retards diagnostiques, mauvaise coordination dans la prise en charge : une grande marge de progrès demeure sur l’endométriose, pathologie... Commenter

A découvrir