Si « Le Généraliste » était paru en 1896 - Le vin blanc du docteur

Si « Le Généraliste » était paru en 1896Le vin blanc du docteur

Alain Létot
| 15.09.2016
  • Histoire

    Le vin blanc du docteur

L’heure du lunch arrive. Une table s’étalait, offrant sur de miroitants plateaux les liqueurs de marque, les vins de France et d’Espagne. Entre autres, un vin blanc doré, chatoyant, tirant l’œil. Oh ! ces vins que le soleil distille à grand renfort de chauds rayons sur les coteaux caillouteux de Sauternes, Parisiens, mes frères, les connaissez-vous ?

Tout d’un coup une voix s’écrie : « Docteur, venez donc, je vous prie, goûtez-moi ce vin. Il est extraordinaire. Il a une sorte de goût de médicament. C’est curieux. »

« Mais oui, c’est vrai, disent quelques personnes, il a un drôle de goût. »

D’autres, plus réservés, ne disent rien, moins connaisseurs peut-être…, ou n’osant pas. Une grimace, légère, tout juste ce que permet l’usage du monde, s’esquisse sur des lèvres adorables.

Ainsi interpellé pour une consultation que ses faibles connaissances en œnophilie le rendent peu apte à rendre (excusez-le, chirurgien très distingué, il n’entend rien aux vins ; il n’apprécie que ceux d’Espagne. Heureux homme ! il le prouvait, du reste, en buvant du malaga), ainsi interpellé, notre ami se récuse, invoque son incompétence… ne goûte pas.

« Mais, docteur, dit en accourant effarée la maîtresse de la maison, il paraît que c’est du vin que vous avez rapporté, une bouteille que vous avez remise au domestique en entrant. ».

« Pas possible ! »

« Mais si. »

« Ah ! l’imbécile ! Moi qui lui avais recommandé de la mettre de côté et de me la rendre quand je sortirais. »

Et il explique, le rouge au front, qu’un client lui avait confié, en effet, un liquide organique excrémentiel dont il avait rempli avec soin une bouteille et que, si on ne l‘avait malheureusement pas bu, il se proposait de porter en sortant ce liquide ambré au laboratoire du docteur Y… pour savoir s’il ne contenait pas du sucre.

Et l’histoire est finie !

Parisiens, mes frères, qui blaguez les Gascons, faites-en autant… et des vraies !

Conclusion : invitez peu les médecins et, si vous les invitez, prenez quelques précautions : passage au vestiaire, fouilles minutieuses, dégustation préalable par l’invité de toute consommation et autres menues précautions élémentaires.

(« Journal de médecine et de chirurgie pratique de Bordeaux », repris dans « La Chronique médicale », 1896)

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Jean-Paul Hamon et Nicolas Revel

DMP : « On n'est pas prêts », affirme le Dr Hamon (FMF), Nicolas Revel réfute  

Le DMP, c’est pas gagné ! Pour le Dr Jean-Paul Hamon, président de la Fédération des médecins de France (FMF), le dossier médical partagé (DMP) n’est pas encore au point. « On en est toujours au...12

La recertification devra être « facile à réaliser » mais pas « un arrangement entre médecins », clame le Pr Uzan

Serge Uzan

Une semaine après avoir remis un rapport aux ministres de la Santé et de l'Enseignement supérieur sur la recertification des médecins, le... 5

A Saint-Brieuc, des généralistes se rebellent contre les « intimidations » de leur CPAM

.

La grogne monte du côté des généralistes de Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor). Après avoir dénoncé le mois dernier le nombre croissant de... 5

Gastro-entérologie LE REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN Abonné

Oesophage de Barrett

Le reflux gastro-œsophagien est une pathologie fréquente, dont le diagnostic est le plus souvent clinique. Certaines situations imposent... Commenter

Rhumatologie L'ARTHRITE SEPTIQUE Abonné

Urgences

L’arthrite aiguë infectieuse à pyogènes est une urgence absolue. La mise en culture du liquide articulaire est incontournable.... Commenter

A découvrir