L'éléphantiasis doublerait le risque d'infection VIH

L'éléphantiasis doublerait le risque d'infection VIH

03.08.2016
  • Elephantiasis

Les personnes infectées par Wuchereria bancrofti, un ver parasite répandu responsable de 90 % des cas de filariose lymphatique (ou éléphantiasis), auraient deux fois plus de risque de contracter le virus du sida. Ce sont les conclusions d'une étude une étude parue mercredi.dans « The Lancet ». Celle-ci a été réalisée entre 2006 et 2011, portant sur 2 699 habitants du quartier Kyela de la ville de Mbeya, au sud-ouest de la Tanzanie. L'éléphantiasis, qui se manifeste notamment par un gonflement anormal des membres, sévit en effet particulièrement dans ce pays, une personne sur quatre étant touchée par la filariose lymphatique.

Les participants ont été examinés chaque année durant cinq ans et divers échantillons (sang, urine, etc.) ont été recueillis pour des tests destinés à déceler une infection par le VIH, le parasite ou d'autres éventuels agents infectieux (tuberculose, paludisme…)

Les chercheurs ont constaté, à l'issue de leurs travaux, que les gens porteurs du parasite W. bancrofti étaient deux fois plus susceptibles d'être porteurs également du virus du sida. L'impact était plus élevé chez les adolescents et les jeunes adultes. Les auteurs de l'étude admettent toutefois qu'il s'agit là d'une corrélation et non d'un lien de cause à effet prouvé.

La nécessité de guérir l'éléphantiasis est néanmoins une évidence. « Les programmes d'élimination de la filariose dans la dernière décennie ont mis l'accent sur la réduction de la transmission, mais comportaient des efforts limités pour guérir l'infection" due au parasite », déplore ainsi Inge Kroidl, spécialiste de médecine tropicale à l'université de Munich.

De leur côté, Jennifer Downs et Daniel Fitzgerald (université Cornell, New York) soulignent, toujours dans « The Lancet », la nécessité de faire des essais pour évaluer l'effet du traitement de cette maladie tropicale sur l'incidence (nouveaux cas) d'infection VIH dans les communautés concernées.

(Avec AFP)

 

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Désert médical

Plan santé : un « rendez-vous manqué » contre les déserts, selon les maires des petites villes

Le plan santé annoncé mardi par Emmanuel Macron a divisé les médecins. Les 54 mesures de cette refonte du système de santé rendent pour le moins sceptiques les élus des petites villes. « Cette...8

Les jeunes médecins saluent la fin du numerus clausus et des ECNi, trop théoriques

QCM

Le volet formation du Plan Ma santé 2022, présenté par Agnès Buzyn et la ministre de l'Enseignement supérieur Frédérique Vidal ce mardi,... 2

4 000 assistants médicaux, exercice mixte à l'hôpital, fin du numerus clausus Les principales mesures du plan santé d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron

Le plan santé dévoilé mardi par le chef de l'État comprend 54 mesures visant à réformer en profondeur le système de soins pendant le... 8

Pédagogie STRATÉGIES COGNITIVES ET ERREURS DIAGNOSTIQUES Abonné

Ampoule cassee

Comment les médecins font-ils pour poser des diagnostics et pourquoi se trompent-ils parfois ? Face à un patient, les praticiens génèrent... Commenter

Toxicologie  L’INTOXICATION AU PARACÉTAMOL Abonné

Paracetamol

Hautement hépatotoxique aux doses suprathérapeutiques, le paracétamol est à l’origine de l’une des intoxications les plus fréquentes.... Commenter

A découvrir