Si « Le Généraliste » était paru en 1911 - La sonnette de nuit

Si « Le Généraliste » était paru en 1911La sonnette de nuit

Alain Létot
| 02.08.2016
  • Histoire

La sonnette de nuit ! Ainsi que le signalait dernièrement une revue anglaise, cet épisode de la pratique médicale fournirait un amusant essai de psychologie : « De l’état d’âme du médecin réveillé pour une urgence ». À l’hôpital, il y a un interne de garde ; celui-là est averti qu’il dormira mal. Bah ! il se rattrapera la nuit suivante. C’est un bon sommeil compromis à peu près une fois par semaine. Mais, en clientèle, c’est différent. En clientèle, chaque nuit est menacée d’un appel, chaque nuit cette menace peut s’exécuter.

À minuit, à une heure, à n’importe quelle heure, la sonnette retentit, et « médecin de quartier » faisant les visites à pied, son parapluie sous le bras, fourbu d’avoir grimpé des escaliers fantasques, « médecin de campagne » cahoté plus ou moins bien, tout le jour, par la « 6-chevaux » devenue classique, bondissent à son appel.

On hésite à réveiller un professeur de la Faculté, on le consulte, on ne l’appelle pas pour une indisposition subite dont la nuit exaspère les symptômes ; sa haute situation lui confère le droit au sommeil. Le repos du petit médecin est moins sacré.

Alors, le docteur se lève à la hâte, s’habille de travers. La rue est pleine de boue, les becs de gaz clignotent au travers du brouillard… Allons, la visite est payée dix francs !

Tristan Bernard retraçait fort bien, il y a quelques années, ces pénibles « Visites de nuit ». Une famille de petits-bourgeois dont « l’enfant respirait mal » a fait lever un médecin. Ce dernier examine l’enfant, il affirme qu’il n’a rien, il veut partir. Mais les parents tiennent à n’avoir pas fait une dépense inutile ; à une heure du matin, ils consultent, pour eux, pour leurs cheveux qui tombent, pour leur bonne enrhumée… Et le pauvre diable se sauve, bienheureux d’être payé !

À la campagne, autres scènes. Le médecin du pays ne dort jamais les jours de frairie. « Drin ! M’sieu, c’est pour le marié de tantôt, il a une barre sur l’estomac ». « Drin ! M’sieu, ça tortille le beau-père, venez vite ! » « Drin ! C’est un accouchement à Vauxelles où la sage-femme dit qu’elle ne comprend rien ! »

Et, cependant, ce dernier esclave de la sonnette de nuit est moins à plaindre que l’autre. Il achève de se réveiller sous le plein ciel, dans la campagne d’automne où les arbres sont toujours vivants. Ce plaisir artistique, il ne le goûte peut-être pas tout de suite ; sans qu’il s’en rende compte, le spectacle reposant agit sur lui. C’est pourquoi un médecin anglais souhaiterait toujours être réveillé à l’aurore, « le plus doux moment »The Hospital », 1911).

À propos, à quelle heure vaut-il mieux entendre la sonnette de nuit ? Il y aurait là un intéressant référendum à faire.

(Suzanne Dejust-Defiol, « Paris Médical », 1911)

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les maisons médicales de garde facilitent la permanence des soins selon les médecins

Une récente enquête de l'Ordre des médecins sur la permanence des soins ambulatoire (PDSA) a mis en avant l'enthousiasme des praticiens volontaires vis-à-vis des Maisons médicales de garde (MMG)....4

Des gilets jaunes ont-ils été fichés à l’hôpital ? L’Ordre demande des comptes au ministère

Gilets jaunes

Ce mercredi un article du Canard enchaîné faisait état d’un recensement nominatif par les hôpitaux parisiens des personnes blessées lors... Commenter

La vente de médicaments en libre accès n'a pas permis de faire baisser leur prix, bien au contraire

Libre accès

Dix ans après l'autorisation de vente en accès libre des médicaments sans ordonnance (OTC), « les prix se sont envolés » selon... 4

Gériatrie LA FRAGILITÉ DES PERSONNES ÂGÉES ET SA DÉTECTION EN MÉDECINE GÉNÉRALE Abonné

Consultation

La fragilité est un syndrome clinique qui concerne 10 % à 20 % des 65 ans et plus. Sa détection et la mise en place d'un plan de soins... Commenter

Parasitologie L'ASCARIDIOSE Abonné

L'ASCARIDIOSE

L’ascaridiose est la parasitose tropicale la plus fréquente. En Europe, la contamination est pauci-parasitaire, et souvent la clinique... Commenter

A découvrir