Emotion dans la profession après deux  suicides  d'infirmiers à Toulouse et  au Havre

Emotion dans la profession après deux  suicides  d'infirmiers à Toulouse et  au Havre

02.07.2016
  • .

En moins de deux semaines deux drames similaires viennent de secouer la profession infirmière. Le 13 juin, un infirmier s'est suicidé au CHU de Toulouse. Au Havre, une infirmière de 44 ans travaillant au service de pédiatrie néonatale de l'hôpital de la ville a mis fin à ses jours le 25 juin à son domicile.

Ces deux tragédies ont évidemment fait réagir les institutions concernées. A Toulouse, le CHU a reconnu le décès en "accident du travail par présomption d'imputabilité" en raison...

Pour lire la suite, inscrivez-vous gratuitement

Pas encore inscrit ?

Inscrivez-vous et profitez pleinement des avantages offerts :
  • l’actualité réservée aux professionnels de santé ;
  • les newsletters pour rester informé de l’actualité ;
  • la possibilité de commenter les articles de la rédaction, échanger entre confrères, participer aux débats...
  • la possibilité de créer vos alertes personnalisées

Déjà inscrit ?

Déjà abonné ?

Activez votre compte abonné

pour bénéficier des exclusivités web incluses dans votre abonnement.

Commentez 6 Commentaires
 
Ankass M Médecin ou Interne 03.07.2016 à 18h54

Je suis médecin référent en soins palliatifs, dans mon domaine on demande pour "respecter la dignité" de la personne malade, du temps d'ecoute qui n'est pas relevé par la T2A, et pourtant c'est le Lire la suite

Répondre
 
Florent L Infirmier 02.07.2016 à 21h22

Deux suicides à des distances kilométriques conséquentes...l'été dernier, j'ai croisé deux infirmières libérales (je suis infirmier libéral également) qui ont brutalement mis fin à leur jour à une Lire la suite

Répondre
 
MARIE JO G Médecin ou Interne 02.07.2016 à 17h06

il y a un décalage entre les aspirations des professionnels de santé salariés et les contraintes d'organisation de travail, ça se nomme les injonctions paradoxales, on vous demande de faire bien avec Lire la suite

Répondre
 
Thierry C Médecin ou Interne 02.07.2016 à 22h04

Tout à fait d'accord avec vous pour dire que les patients ne sont pas responsables. Mais les patients sont nombreux, ce sont des électeurs alors que l'ensemble infirmier-medecin représente peu Lire la suite

Répondre
 
Florent L Infirmier 04.07.2016 à 16h40

Les infirmiers sont quand même un demi-million d'électeurs potentiels....c'est plus leur manque de cohésion qui pose souci que leur nombre.

Répondre
Voir tous les commentaires

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Baromètre Santé 2016 La confiance envers les vaccins reviendrait-elle ?

À la veille du débat parlementaire sur l’obligation vaccinale, Santé Publique France a fait les choses « en grand » en publiant un volumineux BEH sur la vaccination des jeunes enfants et en...Commenter

Pelloux réclame l'ouverture de centres de santé jusque tard le soir

.

"21 millions de passages aux urgences" ont été recensés en 2016, un chiffre "multiplié par deux en vingt ans". C'est Patrick Pelloux qui l'a... 12

[Vidéo] Un Livre Blanc souligne les lacunes dans la prise en charge de la douleur

Douleur

La Société Française d'Etude et de Traitement de la Douleur (SFETD) a présenté mardi 17 octobre le Livre blanc de la douleur 2017, alertant... 2

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir