Si « Le Généraliste » était paru en juin 1927 - Loi sur les assurances sociales et médecine gratuite, que d’inepties !

Si « Le Généraliste » était paru en juin 1927Loi sur les assurances sociales et médecine gratuite, que d’inepties !

Alain Létot
| 14.06.2016
  • Histoire

Après quarante-quatre années d’exercice de la médecine, dont trente-neuf à la campagne, je puis considérer d’un œil placide la loi sur les assurances sociales. Ce n’est pas que la profession m’ait valu des rentes assurant mon indépendance, je suis aussi pauvre que le jour où j’ai débuté, mais je crois que j’ai beaucoup de chances de partir pour l’au-delà avant que cette loi, aussi néfaste pour le corps médical que pour le trésor public, ait des chances d’être intégralement appliquée.

Seulement, fort d’une vieille expérience, je me permets de sourire quand je vois préconiser l’unité des médecins pour s’opposer aux méfaits de la loi.

Nous avons vu récemment la grève des professeurs, celle des instituteurs, pour essayer d’obtenir le minimum nécessaire à l’existence dans le tas des folles prodigalités financières politiques et électorales. Nous ne verrons pas la grève des médecins.

Et, quand je parle de grève, je ne suppose pas un moment que l’un de nous puisse laisser mourir un de ses semblables faute de soins. Non, il suffirait d’ignorer la loi et, lorsqu’on ferait appel à notre concours, d’exiger tout simplement le paiement d’avance ou au comptant de nos visites, quitte à l’intéressé de se pourvoir auprès de la caisse compétente du remboursement de ses dépenses.

Seulement, lorsqu’un médecin agira de la sorte, il surgira immédiatement un ou deux confrères pour proposer leurs services aux conditions formulées par la loi pour obtenir ainsi l’appui des autorités officielles.

Que l’on me permette de rappeler un exemple. Dans une localité, que je ne nomme pas, deux médecins avaient décidé de protester contre le tarif de la médecine gratuite (la bien nommée) : 0 fr 75 par tête d’indigent et par an dans un canton mesurant plus de vingt kilomètres d’étendue. Or, dans certaines communes, presque tous les parents ou alliés des conseillers municipaux étaient portés sur les listes d’assistance médicale. Ces médecins déclarèrent à M. le préfet qu’ils préféraient soigner les indigents que de se voir imposer une clientèle qui ne méritait pas ce qualificatif.

Que fit le préfet ? Il put trouver dans un autre canton, et même dans un autre département à trente kilomètres de distance, deux médecins qui acceptèrent de figurer sur les listes comme médecins officiels de la préfecture.

Naturellement, ces deux docteurs touchèrent le traitement afférent à leurs fonctions sans jamais se déranger, malgré des appels pressants, pour aller voir un des indigents du canton voisin. Et, cependant, il y avait à ce moment dans le dit canton une épidémie de fièvre typhoïde où les indigents ne furent point épargnés et les médecins non officiels furent bien forcés de marcher, gratuitement toujours, bien entendu.

Mais il y a plus beau. Reconnaissante des soins qui avaient été donnés à ses pauvres, une commune fit voter une somme de 300 francs comme légère indemnité aux médecins qui s’étaient ainsi dépensés en témoignage de reconnaissance.

À qui croyez-vous que cette somme fut payée ?

Par les soins de la préfecture, elle fut donnée aux confrères qui lui avaient rendu le service de boucher un trou sur ses listes sans s’être jamais dérangés pour voir un malade.

Nil novi sub sole, disait déjà Salomon. Ce que nos yeux ont vu, ils risquent de le voir encore. Lorsque par dignité professionnelle un médecin refusera de subir certaines exigences, il y en aura au moins deux pour offrir leurs services.

Sans doute, les grands pontifes de la profession ne souffriront pas beaucoup de la future loi, mais les petits médecins de quartier, les médecins de campagne surtout dont les frais de déplacement sont si élevés, seront écrasés.

Quand ils seront morts de misère, déjà grouillent dans les innombrables écoles de médecine, dont on a, à dessein, parsemé tout le territoire de la France, des nuées de jeunes arrivistes qui voient dans la médecine un moyen d’accéder à des situations politiques, pour prendre leurs places.

Tout cela sera au détriment de la santé publique, à l’avantage de la dépopulation, et l’ensemble de la profession médicale en France n’aura gagné que la déconsidération qu’elle aura méritée.

(Dr Good, de la Mothe-Saint-Heray, dans la « Chronique médicale du Centre », septembre 1927)

Source : Legeneraliste.fr
Commentez 1 Commentaire
 
YANN D Médecin ou Interne 14.06.2016 à 20h47

Tellement actuel!

Répondre

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Les centres de santé ne veulent pas tomber sous la coupe des cliniques privées

Pour les centres de santé, la rentrée n'amène pas de répit. Alors que les responsables du secteur ont bataillé au printemps dernier pour éviter que la création de nouvelles structures ne soient...4

Les femmes boudent la pilule... mais pas la contraception

Contraception

Même si en 2016, la pilule reste la méthode contraceptive la plus utilisée (36,5%), son utilisation a diminué, avec une baisse de 3,1... 1

Les changements au travail, mauvais pour la santé des salariés

.

Les changements au travail peuvent avoir un impact sur la santé mentale des salariés, selon une étude du ministère du Travail publiée... 1

Allergologie LE TRAITEMENT DE PREMIÈRE INTENTION DE L’ANAPHYLAXIE Abonné

.

Les dernières recommandations françaises et américaines sur l'anaphylaxie relèguent au second plan les anti-H1, les corticoïdes et les B2CA... 4

Diabète SE PIQUER LES DOIGTS : POUR QUOI FAIRE ? Abonné

.

Chez le diabétique de type 2, le ratio bénéfice/risque de l'autosurveillance glycémique est défavorable. Une nouvelle étude qui conforte... Commenter

A découvrir