Si « Le Généraliste » était paru en février 1913 - Éloge du médecin de campagne

Si « Le Généraliste » était paru en février 1913Éloge du médecin de campagne

Alain Létot
| 11.05.2016
  • Histoire

« Confidences d’un médecin de campagne », écrit par le Dr Jean, est, selon le Dr Henri Bouquet, mieux qu’un beau livre, c’est une bonne action.

« J’avais lu ces pages au fur et à mesure de leur publication dans " La Clinique" et j’ai été ravi de les relire en volume. J’ai trouvé là, avec un plaisir indicible, une vie de médecin de campagne, racontée non seulement sans parti pris d’exaltation ou de dénigrement, mais simplement, telle qu’elle fut vécue avec ses déboires et ses joies.

« C’est surtout un régal de rencontrer en ce confrère anonyme tant de haute compréhension du devoir médical, une si sereine appréciation de ce qu’il réserve, à ceux qui le remplissent sans défaillance, de contentement moral et de pures récompenses. Le médecin de jadis, si puissant par le bien qu’il dispense autour de lui, si réellement supérieur par sa profession sans égale au monde, quelques-uns vont criant bien haut qu’il est en train de disparaître. Grâce aux Dieux, il n’en est rien, puisque le voilà tout entier, en ce XXe siècle trop décrié par les pessimistes à tous crins, les arrivistes sans scrupule, les malins qui composent avec leur conscience ou discutent entre le devoir et l’intérêt.

« Il n’est pas isolé, croyez-le bien. Ils sont légion, ceux qui savent faire passer avant tout le bien de leurs malades, être encore l’arbitre écouté de leur village et vieillir là où ils ont exercé, honorés et remerciés pour leur bonté et leur amour des humbles. Saluons-les au passage, puisque, paraît-il, il en est d’autres, beaucoup plus rares, j’en suis sûr, qu’on ne veut bien le dire.

« Et ne croyez pas que le Dr Jean soit un moraliste sévère, un fanfaron de vertus, un exaltateur de son sacerdoce. Il n’en est rien. Le brave homme qu’il est se rend justice, avoue ses erreurs ou ses fautes, se raille lui-même et ne morigène guère. Je suis sûr qu’il a fallu le pousser vivement pour qu’il consentît à écrire ce qu’il pensait, à dire tout haut tant de bonnes choses. Et il a écrit un livre que je voudrais faire lire à tous ceux qui se destinent à l’exercice de la médecine, aux éducateurs chargés de diriger l’avenir des jeunes gens, à ceux qui débutent dans l’exercice d’une profession pénible, mais aussi pleine de compensations inestimables. Beaucoup de ceux qui la pratiquent déjà y trouveraient une lecture réconfortante et amie. Ce livre doit avoir un grand succès. »

« La Chronique Médicale », 1913)

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
Congrès Isnar

En direct du Congrès de l'Isnar-IMG Agnès Buzyn rassure les internes sur la coercition, mais botte en touche sur les conditions de travail

Après un rendez-vous manqué l’année dernière à cause des intempéries, la ministre de la Santé était cette année bien présente physiquement au 20e Congrès de l’Intersyndicale des internes de...4

Neuf patients sur dix utilisent le numérique pour gérer leur maladie chronique

.

Les nouvelles technologies sont devenues incontournables pour les patients atteints de maladies chroniques. Elles permettent notamment de... Commenter

[Sondage] Le syndicalisme médical et vous

Poing levé

Êtes-vous syndiqué(e) ? Pourquoi ce choix ? Qu'attendez-vous d'un syndicat ? Donnez votre avis en répondant à ce questionnaire ! Chargement... Commenter

Gastro-entérologie LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS Abonné

IPP

Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon... Commenter

Prévention DIABÈTE : À QUOI SERT LE CONTRÔLE DES FACTEURS DE RISQUE ? Abonné

Diabète

Cette étude du NEJM, menée en vraie vie, suggère que lorsque tous les facteurs de risque d’un patient DT2 sont contrôlés, la probabilité de... Commenter

A découvrir