Si « Le Généraliste » était paru en 1906 - Le repos du médecin, une vraie farce !

Si « Le Généraliste » était paru en 1906Le repos du médecin, une vraie farce !

18.03.2016
  • Histoire


En édictant la loi sur le repos hebdomadaire, le législateur ne semble pas avoir eu la main heureuse. Sans doute, il a eu raison d’assurer aux travailleurs un jour de délassement par semaine et nous, médecins, nous ne pouvons qu’approuver une telle réforme. Mais, peu respectueuse des nécessités sociales, ignorant que c’est, selon la belle expression de Montaigne, “une violente et traistresse maistresse d’eschole que la coutume”, la loi a fait une quantité de malcontents.

D’abord, pourquoi les uns et les autres, tout aussi intéressants, tout aussi dignes de repos ? Et puis, chose grave, on a troublé la quiétude du commerce de l’alimentation, c’est-à-dire qu’on a indisposé les grands électeurs, et c’est là un fait capable d’avoir sur les destinées politiques du pays des conséquences considérables.

Bien entendu, le médecin n’a pas été compris dans la loi. Juif errant des temps nouveaux, il est condamné à passer toujours sans s’arrêter jamais. Marche, médecin, pendant le jour ! Marche pendant la nuit ! Si tu demandes dix minutes pour prendre un peu de nourriture, on te répondra menace à la bouche, comme récemment à un de nos jeunes confrères de province : “Nous n’avons pas le temps d’attendre. Venez de suite ou nous saurons bien vous forcer à vous déranger”.

Le repos hebdomadaire, quelle ironie pour le médecin ! Et pourtant, si nous savions, si nous voulions, ne pourrions-nous pas, sans recourir à l’État et sans la moindre loi, nous reposer nous aussi ? Dans les villes, pourquoi ne pas établir un roulement volontaire semblable à celui accepté par les pharmaciens dans beaucoup de localités ? Dans les petites villes, où deux confrères exercent, la chose ne paraît pas malaisée. Dans les communes, le confrère d’un pays voisin ne pourrait-il remplacer son confrère absent ? Oui, tout cela est possible, mais il faudrait s’entendre et c’est là la grande difficulté. Elle n’est pas insoluble. Avec beaucoup de bonne volonté et des concessions réciproques de part et d’autre, l’entente cordiale médicale peut s’établir au mieux des intérêts de chacun.

Ne serait-ce pas aussi le moment de profiter du mouvement d’opinion créé par le repos hebdomadaire pour faire comprendre à nos malades qu’une fois par semaine, ils ne devraient s’adresser à nous qu’au cas d’urgence, remettant au lendemain les consultations pour les affections chroniques ? Sans le relever en aucune façon de son rôle d’humanité, cela permettrait au médecin de goûter un repos bien gagné, repos dont les malades seraient les premiers à retirer un bénéfice ultérieur.

L’instant est favorable pour poser ces questions, ne le laissons pas échapper.

(Dr Louis Renon, dans le « Journal des Praticiens »,1906)


Source : Legeneraliste.fr
Commentez 1 Commentaire

Commentez

Vous devez être inscrit ou abonné pour commenter un article et réagir. Pour rappel, la publication des commentaires est réservée aux professionnels de santé.

| S’inscrire gratuitement

|

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
.

Agnès Buzyn annonce la mise en œuvre de la recertification des médecins

Agnès Buzyn avait déjà plutôt séduit l’Ordre des médecins lors de ses discours. La ministre de la Santé pourrait bien avoir à nouveau marqué des points importants jeudi matin lors de l’ouverture du...16

L’adalimumab dans l’uvéite de l’enfant Abonné

« L’arthrite juvénile idiopathique (AJI) est l’affection systémique pédiatrique la plus fréquemment associée à une uvéite non infectieuse ch... Commenter

Smith & nephew au service de la traumato et de la cicatrisation Abonné

Société internationale spécialisée dans les dispositifs médicaux de haute technologie, Smith... Commenter

Sécurité alimentaire LES COMPLÉMENTS ALIMENTAIRES DESTINÉS AUX SPORTIFS Abonné

Complements alimentaires

Une alimentation équilibrée, diversifiée et privilégiant les aliments de haute densité nutritionnelle suffit à satisfaire les besoins... 1

Recherche en Médecine Générale INFECTION URINAIRE : DIAGNOSTIC TROP EMPIRIQUE Abonné

Bandelette urinaire

La prise en charge des infections urinaires (IU) a fait l’objet de recommandations en 2008 publiées par l’Assaps, puis d’une actualisation... 2

A découvrir