Si « Le Généraliste » était paru en mars 1902 - Une  étrange éruption spontanée d’aiguilles !

Si « Le Généraliste » était paru en mars 1902Une  étrange éruption spontanée d’aiguilles !

Alain Létot
| 14.03.2016
  • Histoire

« Les avait-elle réellement avalées, Mlle Landrieux, il y a quelques années, ces centaines d’aiguilles trouvées dans son bras, sous ses paupières et un peu sur toutes les parties de son corps, continue à se demander « Le Temps » ? Ou bien est-ce une simulatrice, une malade qui, par plaisir ou par jeu, se les était plantées elle-même ?

L’enquête, faite à Saint-Germain-en-Laye auprès des médecins qui ont observé la jeune fille, n’a pas précisément éclairci la question. L’un a dit, on s’en souvient : « Je puis certifier qu’il n’y a aucune simulation » ; et, à l’appui de son dire, il citait des observations concluantes. L’autre a affirmé que «  cette petite se fichait du monde » et, pour preuve, il a énuméré un nombre non moins grand d’observations également concluantes.

Enfin, pour mettre le comble à l’incertitude, le pharmacien, que l’on supposait devoir puiser dans une conviction absolue de la bonne foi de la jeune fille cette inlassable bonne volonté avec laquelle, chaque heure, chaque minute, il lui enlevait de nouvelles aiguilles, montra quelque perplexité. Depuis qu’il avait vu les deux médecins et qu’il avait entendu leurs avis, il était partagé entre deux opinions contraires dont i trouvait tour à tour et même simultanément les arguments irréfutables. Pour arrêter son jugement, il comptait sur ce qui se passerait par la suite : « Nous verrons bien, avait-il dit, s’il en sort encore longtemps. Ce serait alors la preuve d’une supercherie ».

Huit jours passèrent et Mlle Landrieux entra à l’hôpital dans le service d’un excellent camarade d’internat, M. le Dr Grandhomme. Or M. le Dr Grandhomme est précisément celui qui avait déclaré au début que «  cette petite se fichait du monde ». Il n’a pas changé d’avis depuis. “« J’ai fait conduire à l’hôpital Mlle Landrieux, a-t-il dit à un rédacteur du « Temps », pour lui extraire les aiguilles introduites trop profondément sous la peau et qu’on ne pouvait plus saisir. Il a fallu faire des incisions sous-cutanées de deux à trois centimètres de long, opération douloureuse mais qui n’a pas semblé la faire souffrir beaucoup. Nous ne l’avions pas endormie pourtant. D’ailleurs l’opération lui aurait fait un peu mal que cela n’aurait pas été fâcheux car elle aurait peut-être guéri de cette manie. Elle est sortie bien portante de l’hôpital. Mais ses patrons ont tenu à s’en défaire. Ils l’ont renvoyée dans son pays. » 

Pour nous, nous persistons à penser que M. le Dr Grandhomme est un peu trop affirmatif. En prétendant que toutes les aiguilles ont été introduites sous la peau par la jeune fille elle-même, il s’avance trop car, très certainement, cette petite bonne n’aurait jamais eu l’idée de se livrer à pareil exercice, si quelques aiguilles n’étaient pas sorties spontanément. Il y a des faits que les plus belles hystériques ne sauraient inventer sans avoir eu un modèle sous les yeux.

En tout cas, il y avait un excellent moyen, comme nous l’avons répété depuis quinze jours, de s’assurer du fait de l’absorption des aiguilles. C’était de rechercher s’il y en avait dans le foie, dans le cœur, dans les poumons, etc., comme dans les cas de Rose : cela en faisant radiographier la totalité du tronc, sans oublier les membres, de Mlle Landrieux. Et nous ne comprenons pas pourquoi à l’hôpital de Saint-Germain, on ne s’est pas livré à cette opération anodine avant de se livrer dans des affirmations un peu risquées. Ajoutons qu’au point de vue purement scientifique, il est regrettable qu’on n’ait pas élucidé la question car elle valait la peine. En effet, dans l’esprit de tous, un doute reste, soit dans un sens, soit dans l’autre.  

(La Gazette médicale de Paris, j1902)

Source : Legeneraliste.fr

A LA UNE sur le GENERALISTE.FR

add
PNNS

Le bio, les fruits à coques, les légumes secs entrent dans la nouvelle recette du PNNS

Depuis la création des premiers « repères nutritionnels » en 2001, les connaissances sur l’alimentation et l’activité physique ont évolué. À la suite des avis récents de l’Agence nationale de...1

La vaccination antigrippale en pharmacie sera bien étendue à toute la France en 2019

.

Les personnes pour qui la vaccination contre la grippe est recommandée pourront se faire vacciner dans toutes les pharmacies de France dès... 3

Coercition : Agnès Buzyn défend une réforme structurelle plutôt que la contrainte

Agnès Buzyn

Les cahiers de doléances, mis en place dans le cadre du Grand débat, font ressortir un constat clair : les Français considèrent que la... 3

ORL DYSFONCTIONNEMENT RHINO-SINUSIEN CHRONIQUE, ÉTAPE DIAGNOSTIQUE Abonné

Dysfonctionnement rhino-sinusien chronique

Devant un dysfonctionnement rhino-sinusien chronique, il importe de ne jamais se lancer dans un traitement, notamment antibiotique et/ou... Commenter

Maladies chroniques GOUTTE : LES INFIRMIÈRES FONT MIEUX QUE LES MÉDECINS Abonné

Goutte

Cette étude anglaise du Lancet montre que la probabilité de contrôler l’uricémie et les crises chez les patients goutteux est trois fois... 2

A découvrir